06/02/2008

Evasion ou refuge

Je n’arrive pas à définir au mieux ce que représente Beauval pour moi, toujours est-il qu’il était primordial que j’y aille là, dimanche ou lundi, ma dernière escapade remonte à trois semaines, je commençais à manquer d’air. Ce fut lundi, j’étais trop fatiguée dimanche, dans un sens c’est bien car le temps était pourri, au moins là j’ai eu quelques belles éclaircies et un peu de soleil, même froid il fait toujours du bien.
BVLpaonDehors_080204 001

Avant de rentrer dans le parc je fus surprise de trouver sur le trottoir un paon. Croisant un soigneur avant les caisses, je lui en parle, il me répond en souriant « oui oui, ce n’est pas grave, vous savez ils sont en totale liberté ici », je reprends que je n’en doute pas, et lui demande s’il ne risque rien si près de la route. Il m’affirme que non, je franchis les portes rassurée pour commencer mon immersion.

BVL_Eau_080204

 

Je ressens comme cela m’arrive parfois un besoin de me fondre avec l’environnement, de sentir le vent sur moi, en moi, je voudrais devenir un arbre dont il ferait bruisser les feuilles de ses bourrasques. Je passerai le reste de ma balade sans parler, à part aux orang-outans. 

Pour une fois je commence la visite par la pampa, je n’y vais pour ainsi dire jamais, je ne saurais vous dire pourquoi. Je reste un long moment à observer des canards en m’y rendant, j’ai toujours un grand plaisir à les regarder se laver, je trouve qu’en fait ils passent beaucoup de temps à faire leurs ablutions. 

Quand j’étais petite je n’aimais pas ce volatile, je n’en voyais qu’à la ferme, leur mare était souvent minuscule, voir remplacée par un abreuvoir à l’eau épaisse et sale, d’ailleurs je trouvais globalement cet animal très sale. Et puis je n’aimais pas sa façon de voler, j’avais l’impression qu’il avait le derrière si sale qu’il était très lourd, et ça l’empêchait d’avoir une belle ligne de vol. Bref pas très cool, alors qu’aujourd’hui je passerais des heures à les regarder nager, se laver, dormir. De plus là-bas il y a plein de variétés, je ne pensais pas qu’il pouvait y en avoir autant, ils sont magnifiques.

BVLCanard_080204

J’ai observé des maras, la morphologie de cet animal m’intrigue toujours. On l’appelle également le lièvre de Patagonie, lorsqu’il est assis il ressemble un peu à un lièvre, mais quand il se lèvre, contrairement à ce dernier qui avance par poussée simultanée de ses pattes arrières, le mara se déplace sur ses 4 pattes avec les appuis alternés classiques. Je n’en avais jamais vu avant de venir ici. 

BVLMara_080204
Des maras

Toujours dans la pampa, plus loin j’aperçois des capybara, eux par contre je les connais depuis longtemps sous le nom de cabiai, pour la simple raison que mon frère avait des fiches sur les animaux, quand il n’était pas là je les regardais. Je me souviens des deux premières de la lettre A, « abeille » et « Agouti », le B ne me revient pas, et en C, le premier était « Cabiai ». Allez savoir pourquoi, ça m’a marquée. 

BVL_Capybara_080204
Une famille de capybara, ou cabiai

J’ai vu plus de voitures que ces derniers temps sur le parking, et pourtant je ne croise pas de visiteurs dans les allées. Ici je caresse les feuilles de bambous, là je regarde le ciel, je commence à me sentir bien. 

BVL_arbre_en_contreplongee_080204
En quittant la pampa j’aperçois encore les flamands roses, l’un d’eux est gris, j’en suis surprise. En en parlant avec les enfants à mon retour, j’apprends que c’est un jeune, loulou premier m’explique qu’il a vu chez son papa un documentaire sur le sujet. Ravie de l’apprendre, et surprise par sa connaissance… 
BVL_Flamants_Roses_080204

Je tourne vers un autre espace que je n’ai pas pris depuis longtemps, il s’y trouve normalement les ânes de Somalie. C’est là que nous avions fait notre rencontre avec « plumes noires », qui allait s’avérer être en fait un calao terrestre d’Abyssinie. Au détour du ponton qui parcourt ce secteur, je tombe sur un paon ; il commence à partir dans l’autre sens, alors que son intention était au départ d’aller là d’où je viens. Observations en règle, je m’appuie sur la barrière et décide de ne plus bouger pour voir s’il finira par passer quand même. Il me jauge, tourne la tête d’un côté puis de l’autre pour mieux m’observer, ses mouvements sont brefs, je le sens aux aguets. Il commence à se fouiller les plumes et se ravise immédiatement. Plusieurs fois il reprendra son petit manège, sans se sentir suffisamment en sécurité pour relâcher son attention vis-à-vis de moi. Il lui faudra une dizaine de minutes pour qu’il se sente rassuré, il finira par détourner la tête pour reprendre quelques fouilles dans ses plumes, puis se décidera à reprendre son chemin, passant fièrement en toute quiétude à 50 cm de moi. 

BVL_paon_allee_080204

Je suis heureuse de ce moment, il me semble que l’air entre encore plus dans mes poumons. Plus loin, les pélicans sont aussi à leur toilette, je leur découvre avec surprise une pigmentation des plumes légèrement saumonées. Peut-être est-ce lié à la période de l’année, j’ai pris des photos en août et septembre sur lesquelles ils étaient blancs. Je n’avais pas remarqué non plus auparavant que leurs becs sont de couleurs différentes, l’un d’entre eux notamment est souligné d’un jaune très prononcé.

BVL_Pelican_080204

Je les ai souvent vus sur leur île, là ils sont sur la berge, près du ponton, je suis à deux mètres d’eux dans le virage, mais je sais qu’en continuant ma route je vais passer très près d’eux et que je risque de les déranger. Je passe autant au large que le ponton peut me le permettre, ils me regardent et se déplacent prudemment en se serrant un peu plus les uns des autres. Ils étaient tous dans la même position, tassés sur eux-mêmes pour faire leur toilette, dans leur mouvement je remarque des différences flagrantes de corpulence, les plus petits se mettent en retrait derrière les plus grands, peut-être leurs parents. Au sortir de cette boucle, le bruit de l’eau m’appelle, et mes yeux tombent sur cette pousse; la vie est partout, prête à jaillir. 

BVL_jeune_pousse_080204

Je m’approche du bassin des manchots, la plupart sont au sec, quelques-uns nagent plus ou moins calmement dans l’eau, prennent  au fond les restants de poissons du dernier nourrissage. L’un d’eux ne semble pas à leur goût, ils passent leur temps à le prendre puis à le lâcher, ce qui me vaudra de faire quelques photos sympas.

BVL_manchot_de_humboldt_080204

Je me dirige vers la serre des grands singes en passant par l’allée des volières des petits singes sur ma gauche et des félins sur ma droite. Une panthère de Perse profite tranquillement du soleil, je tente quelques portraits, je suis contente du résultat. 

BVL_panthere_de_neiges_080204
panthère de Perse

Dans l’allée qui longe l’île des chimpanzés, je vois au sol des coques de paulownia, l’enveloppe est desséchée, craquelée, je vais enfin savoir ce qu’il y a dedans. Je m’attendais à trouver un fruit, je ne trouve qu’un bogue compartimenté sur lequel sont accrochés plein de petites graines. J’en mets une dans mon sac dans l’idée de les mettre en pousse à la maison. J’entre enfin près des orang-outans. Je préfère venir par ce côté que par l’allée qui longe leur île, car ils ne me voient pas rentrer tout de suite. Muda est assis à 1 mètre de l’autre vitre près d’un couple de visiteurs, il leur tourne légèrement le dos. Dès qu’il me voit, il se déplace tranquillement vers moi. Je fatigue quand je suis accroupie, et lui ne peut pas se mettre debout longtemps, j’ai pris l’habitude de me mettre près de leur banc, ainsi nos têtes sont à la même hauteur sans que l’un ou l’autre ne fatiguions. 

BVL_OO_Christina_080204
Christina

A ma grande surprise, il n’est pas le seul cette fois à venir me voir, Christina s’est approchée également, elle se colle à la vitre. Je trouve son ventre de plus en plus gros, ses tétines sont très sorties, il me semble apercevoir une petite bosse là où devrait se trouver le nombril. Lors de ma dernière visite, le soigneur m’a décrit ces signes, dommage il n’est pas dans les parages, j’aurais voulu pourvoir lui demander « dites, quand même cette fois ça y est là non ? ». Je lui trouve vraiment des rondeurs de maman. Bayu vient me voir un bref instant, Muda est revenu au sol quand je me suis approchée de Christina, Janah est venue aussi, mais au moment où elle se collait à la vitre il l’a poussée d’un geste ample et lent pour prendre sa place. Elle n’insiste pas et se retire. Aucune agressivité, mais la situation m’embête un peu, jusqu’ici il n’y avait que lui qui venait, maintenant j’espère que ça ne va pas créer des conflits, sinon je devrai renoncer à les approcher. 

BVL_OO_Christina_assise_080204
Christina

Je suis fascinée par le regard fixe de Christina sur moi, elle ne cille pas, une grande sérénité se dégage d’elle. Et puis à ma droite, j’entends taper à la vitre, je tourne la tête et souris de voir Janah allongée sur le banc, tapotant la vitre du dos de la main pour m’appeler. Je m’approche, elle reste près de moi et m’offre elle aussi la profondeur de son regard. Bayu la rejoint, la fait s’asseoir, je l’observe intriguée, je reconnais des gestes qui me sont familiers, quand ma puce par exemple ouvre mes bras et les referme sur elle quand elle veut un câlin. Il semble déterminé, j’attends de voir ce qu’il souhaite, elle est assise les jambes regroupées près du corps, il les écarte pour passer, puis fait de même avec les bras de sa maman qui se plie à toutes ses volontés. Elle le serre contre elle tandis qu’il se met à têter. Je m’éloigne un peu pour prendre quelques instants de films, j’ai peur que ma présence le dérange.

 

 

En tournant la tête, je vois que Suly est en train de jouer avec sa maman, Manis. Il règne dans leur serre une grande quiétude, la douceur de leurs gestes est touchante. Muda les rejoint et chahute doucement lui aussi, j’ai été très attendrie par cette scène familiale. Mandy me boude, les rares fois où je me suis trouvée près d’elle elle a montré les dents, cette fois elle n’a même pas daigné bouger de son hamac.

 

BVL_Otaries_Black_et_petite_080204

Je quitte la serre, j’y repasserai avant de partir. Je vais vers le bassin des otaries, cette fois Mira et Black sont accompagnés par une petite, sans savoir pourquoi je suppose que c’est Ula. Black et la petite sont au bord, j’ai le temps de prendre une photo et un petit bout de film avant qu’ils ne décident de retourner dans l’eau. Mira joue à mordiller la surface en roulant dans l’eau à l’aide de ses nageoires.

 

J’ai passé du temps auprès d’eux, c’était un plaisir de les voir nager. Au second endroit où je me suis postée, la petite faisait ses virages devant moi en lâchant son air dans une traînée de bulles, je l’ai prise en photo, elle passait et répétait son manège, au début je prenais trop tard, puis trop tôt, en l’observant j’ai situé le moment adéquate pour la photographier, j’ai réussi quelques prises dont je suis contente. 

BVL_otarie_ bulle_080204

Sur ma droite j’entendais d’autres sons, j’ai d’abord cru que c’était un écho de la partie fermée du bassin qui se trouve près de la maison des otaries. J’ai voulu en avoir le cœur net, je me suis approchée et j’ai découvert deux jeunes, dont l’une assez fofolle, elle provoquait sans cesse l’autre qui avait juste envie d’être tranquille et la rembarrait plus ou moins fortement. Il commençait à pleuvoir j’ai quelques gouttes sur mon objectif, désolée. J’ai supposé au départ que c’était Lady et Maosi, les deux « petites » du spectacle, mais en même temps elles me paraissaient plus petites en taille. De là où j’étais je voyais l’autre bassin, il m’a semblé en compter 3 dedans. J’entendais King dans la maison, ce qui fait qu’en tout il y a 9 individus.

La pluie légère m’a poussée vers la serre des lamantins. Il y a toujours un petit moment galère quand on entre dans celle-ci et celle des oiseaux à l’entrée ; à cause d’un degré élevé d’humidité dans l’air, la différence de température avec l’extérieur fait que ça bue sur les lunettes et sur l’objectif le temps que les matériaux se mettent à la température locale. Les gorilles n’étaient pas visibles, j’ai aperçu une maman au fond avec son petit, je suppose Khala vue la motricité, et donc avec sa maman Kabinda. Pas l’ombre des autres. Alors j’ai observé les patas qui se trouvent à côté. Je suis toujours fascinée par leur comportement vis-à-vis de leurs bébés, ils les laissent aller librement mais restent toujours dans les parages, près à les rafler au moindre danger.

BVL_bebes_patas_080204

J’étais seule dans la serre, un pull très coloré sur moi, donc très repérable pour eux, je les ai vu m’observer et immédiatement se rapprocher des deux petits. Je me suis attachée à observer une famille en particulier, le mâle m’avait déjà marquée lors d’une précédente visite car il a un bras en moins. Je l’ai vu épouiller sa femelle d’une main, et veiller aussi sur le rejeton en me surveillant de regards furtifs.

 

La dernière fois, la maman avait carrément mis le bébé entre ses jambes, on ne le voyait même plus. J’ai repris mon chemin, l’allée contourne la serre, ils m’ont suivie des yeux tout le long, pour vérifier si « le danger s’éloignait bien ».

J’ai pris le temps de regarder un peu les anacondas, que j’ai trouvé l’un comme l’autre dans l’eau.

 

BVL_anaconda_080204

 

Par contre je ne suis pas restée à observer les lamantins, ça ne me disait rien, j’ai préféré ressortir et me diriger vers la serre australasienne, dans l’espoir d’y trouver un soigneur, j’ai promis à un forumeur de lui récupérer le petit nom du dernier né des dendrolagues. Bah ce n’est encore pas pour cette fois, je  n’ai vu personne à part un livreur qui déchargeait des cartons (snif). Peu de mouvements chez les koalas (comme d’hab), le premier dormait profondément dans une position adorable (je dois dire que je craque beaucoup sur leur bouille), le second était réveillé, chouette me dis-je, mais ce fut un cours moment, il était en train de s’installer pour… dormir (mais que c’est surprenant chez un koala…), je l’ai vu se caler, un peu empâté, puis s’endormir sous mes yeux en un temps record (ah ça ils savent le faire vite !!!). Et le dernier… bah il dormait (eh oui, aussi).

 

BVL_koala_endormi_080204

 

Après être restée un peu à regarder l’aquarium, je suis repartie du côté des okapis et des éléphants. Tout le monde était rentré de ce temps là, trop frais pour eux. Au moins j’ai pu prendre une photo que je n’aurais sans doute pas pu faire aussi facilement s’ils avaient été dehors. Je ne savais pas comment était fait le bout de la queue, voilà c’est fait.

 

BVL_queue_d_elephant_080204

 

En ressortant, le soleil dans mon dos jaunissait le tronc des arbres, ça faisait un joli contraste avec le ciel qui se chargeait de nuages épais et foncés. Au moment où j’allais prendre la photo, le soleil avait disparu, les troncs devenaient d’un coup terne. Je me suis assise sur la petite barrière derrière moi et j’ai attendu qu’Eole m’accorde ses grâces.

 

BVL_peuliers_080204

 

En surveillant la progression des nuages, mes yeux sont tombés sur un équipement de mesures du vent, situé sur la maison des éléphants, je ne l’avais pas vu jusqu’ici.

 

BVL_appa_meteo_080204

 

L’heure tournait, il me fallait penser à retourner sur mes pas. Je suis repassée par la serre des grands singes, par le côté des chimpanzés cette fois. Je suis restée quelques instants à les regarder, mais je n‘accroche pas sur cette espèce. Enfant j’en avais une image genre « cheeta », « le gentil petit singe qui fait des tou-tours », bref le truc naïf quoi, niais, et carrément abêtissant pour ces animaux. En grandissant j’ai su qu’en fait ils pouvaient être très agressifs, c’est en lisant des infos aux abords de l’île de chimpanzés à la vallée des singes que j’ai compris à quel point. Leur structure hiérarchique est constamment remise en cause, il y a des renversements de pouvoir permanents, ce sont en fait les femelles qui stabilisent un peu les choses. J’avais justement devant moi une femelle, je sentais que quelque chose se préparait, mais je ne savais pas d’où ça allait tomber. La tension montait dans les sons émis, et d’un coup la femelle s’est mise à courir, un individu au dessus lui a donné un coup sur le dos juste comme elle passait. Puis tout est redevenu calme. Je la trouve ronde elle aussi (non ce n’est pas une obsession… )

 

BVL_chimpanze-guenon_080204

 

Retour vers Muda pour lui dire au revoir, Bayu s’est approché dès qu’il m’a vue puis est reparti près de Janah. Muda me regardait puis se penchait comme pour regarder derrière moi, j’ai tourné la tête pour qu’il puisse voir mes cheveux. Je suis restée longtemps près de lui, j’ai enlevé mes lunettes pour pouvoir me mettre encore plus près de la vitre, j’ai collé mon front, il a fait pareil, il y avait très peu d’espace entre nous. C’est la première fois qu’il s’approche aussi près. Je suis restée sans bouger, il regardait le dessus de ma tête et posait ses lèvres sur la vitre. Puis il s’est couché, la tête juste dans l’angle, il manque un peu de joint, je lui ai un peu parlé puis je me suis redressée pour partir. Manis m’attendait à l’autre coin où il manque aussi un peu de joint, elle pose sa bouche sur la structure et respire bruyamment. J’ai joué un peu avec elle, elle met son visage là où l’air passe, je souffle. Pendant cette « opération », nous ne pouvons pas nous voir, la structure nous en empêche. Alors ensuite on se dégage, moi vers ma droite, elle vers sa gauche, ce qui fait que nous avons un déplacement « en miroir ». C’est la deuxième fois que je joue avec elle comme ça.

 

BVL_arbre_le_long_de_l'ile_OO_080204

 

Je suis repartie ensuite vers l’entrée, j’ai fait un rapide détour par la maison des lions, pour voir comment allait Hélona. En passant devant l’enclos des lions jaunes, je savais qu’ils étaient rentrés, un pigeon picorait tranquille au sol (une animatrice disait une fois que certains intrépides ne ressortent pas de là). Je les ai trouvés effectivement rentrés dans la maison, Shangai avec une femelle dans la même cage, l’autre femelle dans une autre, séparée par une allée.

 

BVL_Lions_jaunes_Shangai_et_femelle_080204

 

Je trouve qu’Hélona a encore grandi, elle perd de plus en plus sa morphologie de bébé et n’est plus pataude, elle s’affine.

 

BVL_helona_13mois_et_demi080204
Hélona

 

J’ai longé à nouveau les manchots, par la partie haute, j’ai suivi le petit manège d’un des membres qui cherchait à garnir son nid d’herbes, c’était amusant de voir son obstination.

 

BVL_manchot_de_humboldt_herbe_080204

 

Un rapide crochet par la nursery, où j’ai été surprise de trouver beaucoup de canards avec les kamichis. Je voulais voir si dans la serre des oiseaux les travaux avaient progressé, ça avance doucement. Je suis passée près du calao rhinocéros, il a chargé le grillage, quand j’ai soufflé il s’est calmé et frotté comme il fait d’habitude, il a commencé à chercher une branche sur le sol, mais je n’avais pas le temps, dommage. Juste avant de partir, j’ai enfin pu voir un animal qui roupille d’habitude chaque fois que je passe. Début janvier, j’ai rejoint un forum de passionnés de zoo, en parcourant les différentes photos j’ai vu un kinkajou, je me dis en pensant de l’auteur de la photo « super il a eu du bol, au moins grâce à lui je vois à quoi ça ressemble ». Et dans un autre reportage, une autre photo de la bestiole !!!!!!! Je me dis « mais pourquoi eux ils tombent dessus la première fois qu’ils viennent, et moi au bout de 18 fois je ne l’ai toujours pas vu ? ». Quand je suis passée hier, sa remuait dans la maison, je me suis dit j’ai peut-être une chance, et que vois-je soudain ? La tête de Désiré qui se pointe et baille ! Clic la photo, zut lumière pourrie je change mes réglages prête à recommencer et… il était reparti se coucher. Argh !!!!!!!! Bon au moins je l’ai, c’est un début.

 

BVL_kinkajou_ecl_080204
un kinkajou 

 

Je suis repartie de là-bas très détendue, ressourcée et heureuse de ce que j’y ai vécu. J’espère vous avoir fait partager un peu de ces moments.

BVL_jeune_pousse_serre_des_oiseaux_080204

 

 

11:24 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : lion, orang-outan, muda, beauval |  Facebook |

Commentaires

VOILà un article que j ai partagé avec ma fille merci pour toutes ces photos et la mine d infos egalement j ai hate d y aller en avril normalement bisous

Écrit par : beedoo2003 | 06/02/2008

Merci pour cette visite , là je m'etais assisse car je faisais encore une chute de tension et en lisant ton article , bizzarement c'est passé! je me suis destressée un peu de la situation en m'évadant un peu dans ce petit coin de paradis.Merci vraiment de nous faire partager tout cela !

Allez je vais continuer mon ménage et puis jdois encore étudier lol Passe une bonne journée .

A bientot

bizz

Tite elo

Écrit par : Tite elo | 07/02/2008

thanks Je n'ai pas la chance de me rendre aussi souvent que toi à BEAUVAL , j'ai eu d'autant plus de plaisir à lire ce compte-rendu , c'est un peu comme si j'y étais ... .

Écrit par : astre-du-jour | 08/02/2008

Merci et encore merci pour cette belle visite. J'ai eu énormément de plaisir en te lisant!!! Quel beau récit!!!! Moi, ça m'a permis de m'évader quelques instants, ce d'autant que depuis début janvier, je ne fais rien à part mon boulot: plus aucune sortie, plus aucune activité culturelle, plus aucun loisir. Travai, travail, travail, même en soirée et le week-end. Mais, je ne me plains pas, je l'ai voulu ainsi et pour deux ans..... Bon week-end. Biz.A très bientôt.

Écrit par : chutney1 | 08/02/2008

j aipensé à toi aujourd hui nous sommes allés voir le parc des felins qui est prés de chez nous nous n en avons pas fait le tour mais c etait completement extraordinaire je suis revenue crevée mais completement apaisée! bisous

Écrit par : beedoo2003 | 10/02/2008

Les commentaires sont fermés.