09/05/2008

Ça y est, on respire

J’ai enfin coupé le chauffage, depuis la semaine dernière, ce qui veut dire qu’on peut enfin ouvrir les portes. Comme tous les ans ça me fait penser à une boite à malice dont tout jaillit quand on l’ouvre, notre espace de vie se déplie soudainement, les loulous deviennent des petits furets passant par la porte de la chambre pour aller dans la cour, rentrant par la cuisine pour revenir par l’autre porte.

FP_chenille1_080504

J’ai commencé à nettoyer dehors, désherber et scier du bois qui m’a attendue tout l’hiver, mardi soir c’était barbecue, le premier en famille. Au menu, poulet « crapaudine », le poulet est coupé et aplati sur la grille, ça lui donne la forme d’un crapaud ; la première fois que j’en ai fait ils croyaient vraiment que s’en était il a fallu que je leur jure que c’était du poulet, ils refusaient de manger.

FP_chenille2_080504

Pour le dessert, j’ai mis des braises dans une vieille casserole que j’ai posée au sol, on s’est installés tous les 4 autour avec des brochettes sur lesquelles on a piqué des marshmallows. J’ai toujours voulu savoir comment s’était une fois fondu (c’est excellent). Quand j’ai proposé l’idée aux enfants, ils ont dit « ouais super, comme dans ‘Stuart little’ ! ».  Ils étaient heureux de gérer chacun leur bout de guimauve. Mon premier morceau, je l’ai fait trop fondre, il commençait à se carapater de la brochette et je ne pouvais pas le toucher car il était trop chaud, Loulou premier riait tellement qu’il en est tombé à la renverse du morceau de poutre que j’avais mis au sol en guise de siège. Du coup on était tous pliés, ça a été un grand moment.

FP_chenille3_080504

Le hic, c’est qu’on allait tranquillement vers 22 heures, j’annonce que nous allons au lit et ils me demandent un dessin animé, je dis non en répondant que le lendemain matin ils auront tout le loisir d’en regarder en attendant que je les emmène au centre. Et le grand me répond « mais maman, demain on a de l’école ». Aïe, la boulette, j’avais complètement oublié. J’ai fini de les coucher en 5 minutes. Au réveil, ils manquaient un peu de… comment dire… fraîcheur ? Ils étaient nases vu comment ils se sont amusés la veille.

FP_kart_pedales_L1_080504

Dans l’idée, c’est bien ce décalage de jour, c’était pour anticiper un taux d’absentéisme supposé élevé le 9 mai du fait du pont de beaucoup de personnes. Sauf qu’à cause de la grève le jeudi 15, c’est un coup d’épée dans l’eau. En plus pour le moment, il n’y a pas de service minimum dans la commune, ni au niveau de l’école, ni au niveau du centre de loisirs. Ce jour-là, déjà à la base je travaillais, en outre je vais dans l’autre unité en fin de matinée avec le DR pour rencontrer l’équipe avec laquelle je vais travailler, et prendre connaissance de mon poste, donc je ne peux absolument rien modifier. Mon ex-mari est en déplacement, mes parents absents. Il ne me reste plus que mes voisins, je vais leur demander ce matin, s’ils ne peuvent pas je suis dans la mouise.

FP_kart_pedales_L3_080504

J’ai mis un mot sur le cahier de Loulou premier, en leur demandant ce qu’ils suggéraient quand on n’a pas de solution de garde. J’ai eu en réponse des excuses, le fait qu’ils comprennent la situation mais qu’ils font ça dans l’intérêt de leur travail et de l’éducation de nos enfants.  Bah moi aussi j’agis dans l’intérêt de mes enfants en allant bosser, et si je devais ne pas travailler pour les garder parce qu’ils n’ont pas d’école, je mets nos intérêts aussi sur la sellette. Par ailleurs, l’année dernière un matin j’avais fait une chute de tension, impossible de me lever, donc de les préparer pour l’école, mes voisins n’étaient pas encore là, nous étions tous restés à la maison. La directrice s’était permise de me téléphoner pour me faire la morale « oui madame vous comprenez, l’école est obligatoire, les enfants doivent absolument y aller, vous devez prendre vos dispositions, ne pas hésiter à demander de l’aide autour de vous quand vous avez un problème », je l’avais un peu remise en ligne parce qu’elle avait mis sur le tapis les problèmes avec la maison, j’avais montré les dents.

FP_devalkartL1_080504

Quand on a réuni la cellule pédagogique pour Loulou deuxième fin février, elle a remis une couche sur l’habitation, sortant au passage des belles tirades « nous avons des adultes en formations, notre but est de les armer au mieux pour qu’ils s’en sortent dans la vie… ». Très joli, et moi vous croyez que je fais quoi ? Fin mai, nous nous réunissons à nouveau, je vais lui dire « ok, je vends, je déménage, j’abandonne, et je vais vous laisser leur enseigner qu’il faut se battre dans la vie et aller au bout de ses rêves même si les autres vous disent de renoncer ? Pas question ». En écrivant sa réponse mardi dernier l’instite a trouvé le moyen de faire une faute. Ça peut paraître pointilleux, mais je suis très exigeante à ce niveau. On a la chance d’avoir une langue très riche, j’attache beaucoup d’importance à l’orthographe, je peux concevoir que certaines personnes fassent des fautes, s’ils n’ont pas été beaucoup à l’école par exemple. Il m’arrive d’en faire aussi ici, par inattention, mais je ne suis pas enseignante. De la part de ceux qui éduquent mes enfants, je veux du zéro défaut, si je dois passer derrière eux pour vérifier qu’ils leur apprennent correctement, je ne vois pas l’intérêt qu’ils soient scolarisés, à ce moment-là je m’en charge, je m’en tirerai aussi bien.

FP_tobogan L2_080504

Je constate que l’obligation de l’école et son absolue nécessité sont des notions relatives selon qui les décrète. J’ai donc décidé de faire moi aussi ma petite grève : mardi prochain, étant de repos, les enfants n’iront pas à l’école, nous allons à Beauval, disons que c’est une sortie pédagogique pour faire le point sur les récentes naissances, les week-end il y a trop de monde, là on sera un peu plus tranquille pour bien observer tout ce petit monde. Si les instites sont intéressés, ils pourront même avoir un exposé détaillé. Je comprends très bien qu’ils se battent pour faire valoir leurs droits, je serais en parfaite contradiction avec mes propres combats sinon. Mais ce qui m’agace c’est que ce sont les enfants qui en pâtissent, et les parents par voie de conséquence, j’ai un sentiment désagréable d’être prise en otage. Dans un autre domaine par exemple, c’est la raison pour laquelle je ne prends quasiment jamais le train, bien que parfois ça serait plus rapide et moins fatigant, plus écologique, plus économique quand on est seul. Mais je n’ai pas envie de devoir annuler mon déplacement, ou me retrouver coincée à perpette à cause d’une grève SNCF. Voilà, c’était le coup de g.…e du jour.

FP_tobogan L1_080504

Pour en revenir à la maison, je garde le cap, il me reste plus qu’un hiver et un printemps pluvieux à passer, et ça sera la fin de nos galères. En plus avec mon passage à 30 heures, si je continue à vivre en budget serré comme maintenant, ça va faciliter le financement des travaux en juillet 2009. J’en ai parlé récemment aux enfants, pour qu’ils aient un repère dans le temps, qu’ils comprennent qu’on avance malgré tout. La commune est en grands travaux en ce moment, enfouissage de tous les câbles. Il y a 3 semaines, le marteau piqueur était juste devant la maison, à 8 heures, miss Malice était au lit avec moi pour le câlin du matin, elle me dit « ça y est maman, c’est les travaux pour chez toi, pour nous faire les trois chambres ? ». Cela m’a fait sourire et en même temps j’ai eu un pincement, parce qu’elle n’a pas la notion du temps, un mois ou un an, pour elle tout ce qu’elle sait c’est que c’est long. En début d’année vu que Loulou deuxième est entré au CP, elle s’est retrouvée seule en maternelle, elle voulait passer en primaire aussi, je lui ai dit qu’il lui faudrait attendre d’avoir 6 ans, soient encore deux ans de maternelle. Deux semaines après, elle m’avait dit « ça y est maman, ça fait deux, je vais en primaire ? ». Un soir, elle m’a demandée « on pourra fêter mon anniversaire (le 17 mai) à l’école et à la maison ? » je lui réponds « bien sûr, sans problème », et là elle se jette dans mes bras pour me remercier puis m’explique « comme ça à la maison j’aurais 5 ans, à l’école 6, et j’irai à la grande école » (bah oui, elle a de la suite dans les idées).

FP_tobogan L3_080504

En attendant, même comme ça la maison est pleine de vie, il y a du monde qui gravite. Vous avez vu récemment les invités qui cassent le croute devant la porte. Jusqu’ici, merle, moineau, pinson, mésange charbonnière, tourterelle turque et pigeon. Un matin, Loulou premier s’écrie soudain « maman, il y a un groToiseau sur la chaise !! ». Je le sentais impressionné, et puis pour qu’il y mette un « T », ça devait être un balaise. J’ai été surprise de découvrir un corbeau. Il est revenu deux autres fois, depuis je ne le vois plus. Hier nous mangions dehors, un pigeon voulait descendre boire ; il hésitait, nous nous sommes arrêtés pour le regarder, il a fini par aller à l’autre point d’eau, un peu plus loin. Nous entendions les tourterelles, les hirondelles nous volaient au dessus de la tête, les mésanges venaient picorer sur la chaise (elles, elles sont très effrontées), Loulou premier a dit « que c’est beau la nature ! », c’était si spontané que ça m’a touchée.

FP_tobogan_les3_080504

Dimanche dernier nous avons passé une journée extra au Family Park. Les enfants s’en sont donnés à cœur joie sur toutes les structures. J’avais proposé d’endosser la mascotte durant l’été, parce qu’ils n’ont pas toujours le temps de le faire, ça monopolise deux personnes, donc les jours d’affluence c’est impossible. Quand la patronne a su que j’étais là, elle m’a demandée si je pourrais faire une sortie dans la journée. Il faisait super chaud, on a prévu une apparition d’une dizaine de minutes. Comme mon ex-mari était avec nous, c’était plus facile à gérer, je me suis éclipsée. A peine je ressors habillée en Casse-Noisette, miss Malice s’écrie « c’est ma maman ! » heureusement il n’y avait pas trop d’enfants autour d’elle, mais bonjour la discrétion. J’ai marché un peu dans le parc, les enfants sont venus me voir, les parents ont fait quelques photos, puis j’ai proposé à la dame qui m’accompagnait qu’on aille faire un tour de train avant que je rentre. J’y voyais pas grand-chose, ça a été épique pour me faire monter dans le wagon, il y avait deux personnes qui me poussaient pour entrer, j’étais écroulée de rire, ça me donnait encore plus chaud. Il était temps que le train démarre, j’en pouvais plus de la chaleur là dedans, et bien entendu impossible d’enlever la tête en plein milieu du parc. Quand je suis repartie pour me changer, une petite puce me tenait par la main, elle ne voulait plus me quitter.

FP_Casse_noisette_enfants_080504

Les loulous ont fait chacun une balade de poney, ils étaient ravis. Ça a été l’occasion pour moi de constater que ma peur s’estompe, il y a deux ans j’avais une appréhension, le poney l’avait senti et avait été un peu difficile à manier. Ça remonte à quand j’avait 14 ans, pendant les vacances scolaires j’allais nettoyer les box de deux chevaux pas loin de chez mes parents. Un matin, l’un d’eux était de mauvais poil, il m’a empêchée de sortir, j’avais la fourche pleine de fumier, je lui ai demandé de se pousser il a décoché un coup de sabot qui a atterri sur le côté de la porte, à 5 cm près c’était mon fémur qui prenait. Depuis je n’ai plus approché de chevaux, je les regarde, je les trouve toujours aussi magnifiques, mais j’en ai peur, et pourtant j’adorerais savoir les monter, j’avais appris jusqu’au trot enlevé. En attendant, je me suis mise à flipper de tous les équidés. Et là, dimanche, ça a été nickel, le poney était très gentil (déjà ça aide) ; la balade s’effectue sur la périphérie extérieure du parc, ça fait environ 1 km, et on ne doit pas les laisser brouter, en fait c’est parce qu’après les gens n’arrivent pas à les faire repartir. Je marchais à gauche du poney, à ma gauche il y avait un champ qui l’intéressait; il m’y a poussée un peu et j’ai réussi à le contrer en poussant de mon corps pour modifier sa trajectoire, il y a deux ans je n’aurais pas osé être autant en contact avec lui. J’ai même pu le câliner, le prendre à l’encolure, il semblait apprécier.  Peut-être qu’un jour je pourrai remonter (Elo, dommage tous ces kilomètres, je suis sûre que tu saurais m’apprendre).

FP_Casse_noisette_train_080504

Bon, je retourne à mon rangement, au programme d’ici lundi soir tri des affaires été-hiver-trop petites, rotation des blousons pour les enfants. Je déplace également tous les journaux afin de les rendre plus accessibles pour l’opération dont je vous ai parlée récemment. Dans trois mois maxi je les vire tous, ça fera de la place. Je n’ai pas encore trouvé comment présenter le projet d’un point de vue affichage, je vais en discuter avec le président du centre de loisir. Je dois aussi trier les affaires qu’on m’a données pour mon asso, je vais avoir un gros arrivage dans un mois à tout casser, j’ai intérêt à m’organiser.

Allez c’est parti, @ +, bonne journée, bon courage à ceux qui bossent, bon week-end aux « pontistes ».

FP_balade_en_poney_080504
 

10:10 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Et bien quel magnifique article , ça fait plaisir à lire de vous voir aussi épanoui avec le retour de la belle saison.

Pour le poney , je te félicite , tu es vraiment sur la bonne voie . Je comprend ta peur car moi meme des fois qd je me retrouver en prairie avec une trentaine de chevaux et qu'ils sont un peu nerveux , ça me fait un peu flipper mais j'ai aussi remarquer que si tu leur montre que tu n'es pas disposer à te laisser te marcher dessus, ils vont très vite se calmer. Punch etant l'expert en la matière vu qu'il est une vrai brute sans s'en rendre compte mais bon c'est normal qu'avec une telle morphologie il ne sente pas sa force. Le tout est faire le vide dans ta tete et dans ton corps et ils sentirons que si toi tu es détendue , ils n'ont aucune raison de s'affoler. C'est sur que si tu habitais près de chez moi , je t'emmerais les voirs et t'apprendrais à les apprivoiser et qui sait à monter sur mon ti bilou. Mais bon comme je dis toujours : tout peut arriver dans la vie donc je suis certaine qu'un jour la vie nous permettra de nous rencontrer ;

En attendant , cet été encore , je te ferai partager tout ces moments merveilleux que je partage avec eux .

Passe une bonne journée ;

Bizz

Ps: niveau orthographe , tu dois t'arracher les cheveux avec moi lol Je m'en excuse mais comme je t'ai promis dès que j'ai un peu de temps je m'attaque à celà. J'ai meme repris des bouquins de ma tendre enfance pour réapprendre à fond les bases que j'ai completement oublier.

Écrit par : Tite elo | 09/05/2008

Il n'y a rien de mieux que la nature, et de pouvoir tout ouvrir en grand !
Pour les chamallows, ça m'a rappelé un souvenir: au lycée avant le cours de physique nous avions étude, et on en profitait pour aller acheter des gateaux et autres confiseries... Et une fois nous avons donc acheté des chamallows, et en douce dès que le prof avait le dos tourné on a allumé les becs bunsen, et on les a fait fondre !

Écrit par : La Marmotte | 10/05/2008

Bonjour! Je te découvre à travers ton comm à notre mimiladi. J'ai beaucoup aimé ton album dont une ambiance onirique se dégage. Je n'ai pas encore lu ce blog-ci, mais je le ferai, ceci n'est qu'une petite prise de contact...à bientôt

Écrit par : bergerine | 13/05/2008

Les commentaires sont fermés.