22/05/2008

Vite avant d’aller dormir

Un passage pour vous dire que j’ai le nez dans le guidon, les jours se suivent et se ressemblent, j’ai du mal à savoir où j’en suis dans la semaine, seule l’école m’aide à me repérer un peu.

J’ai pris un max de retard partout, j’ai un tas de trucs à faire, à venir raconter ici, d’autres que j’aimerais exprimer mais que je ne peux pas sur le blog. Le boulot se passe bien, même s’il y a des « mais », de plus en plus déjà au bout de trois jours, des certitudes sur ce que je veux et ce que je ne veux pas. Dans cette catégorie je mets notamment le fait que je ne veux pas vivre qu’autour du boulot, c’est ce que je fais depuis mardi, je refuse que ma nouvelle vie soit ainsi.

BVL_080513 Colobe_de_guereza

J’ai perdu trop de temps à vivre entre parenthèse et à souffrir d’exister, aujourd’hui que j’ai trouvé ma verticalité ce n’est sûrement pas pour réduire ma vie à la version provinciale de « métro-boulot-dodo ». Ok, je veux bosser, mais je ne veux pas faire que ça, sinon je ne vois pas l’intérêt. Je ne crache pas sur mes heures, mais je veux continuer à pouvoir développer mes projets annexes. 

Dans ma nouvelle unité j’apprends sans cesse, l’organisation d’abord puis les recettes, les lieux, mais aussi les gens avec qui je bosse. C’est curieux de se retrouver dans un lieu « différent mais pareil » : le même employeur, la même vocation, le même carrelage, le même matériel, les mêmes gestes… J’ai réaménagé mon vestiaire à l’identique de l’ancien, avec mes étagères bidouillées en carton, j’avais besoin de ce repère pour me sécuriser un peu. Je ritualise toujours mon embauche en enlevant tout mes « gri-gri » avant d’endosser ma tenue réglementaire, pour laisser ma vie au vestiaire le temps de bosser, mais ça ne suffit pas cette fois à m’aider à faire le vide. 

BVL_080513_couple_cicognes

Quand je suis là-bas, je n’ai qu’une envie c’est d’être ailleurs, je me suis même surprise ce soir à me sentir rebutée à l’idée d’y retourner demain. Je travaille la peur au ventre, peur de mal faire, peur de décevoir certaines personnes, mais pas celles auxquelles on pourrait penser en premier ; je me sens le devoir de réussir vis-à-vis d’une personne en particulier, à cause d’un rêve que j’ai fait il y a une semaine (que je ne raconterai pas, bah non). Je (re)découvre une ambiance autoritaire qui me rappelle des souvenirs plutôt désagréables, rien à voir avec mes expériences professionnelles récentes ou anciennes, mais avec mon vécu personnel. Ce climat me perturbe et me mine déjà. 

BVL_080513_OO_Mandy_et_reflet

Je veux tenir, pour moi, pour pouvoir me regarder en face et me dire que je n’ai pas renoncé devant une épreuve, je vous assure que je n’exagère pas en disant que pour moi c’en est une. Mais ça va me permettre de renforcer tout ce que j’ai fait jusqu’ici pour garder la maison, ça justifie tout ce que j’ai enduré jusqu’à maintenant pour la garder, et la patience que j’ai demandée aux enfants en attendant que ça s’arrange. Je vais pouvoir tenir la promesse de leur faire des chambres encore plus facilement, ou avec plus de confort. Ils assurent bien pour les horaires, ils sont prêts à l’heure, le soir ils se couchent tôt. Ça me coûte de les impliquer à ce point, mais c’est une réalité de la vie, et pas si dure comparée aux conditions de certaines enfants un peu partout dans le monde, ou même en France d’ailleurs. 

BVL_080513_les_3

J’ai hâte d’être ce week-end pour décompresser, ranger un peu ici. J’ai un dossier que je veux absolument envoyer rapidement maintenant, je voulais le faire en février, puis les semaines se sont enchaînées. La semaine dernière j’ai écrit une autre chanson, ça m’est venue d’un coup, en deux jours elle était faite. La musique est dans ma tête, elle arrive peu à peu sur mon clavier, le premier enregistrement donne pas mal. Je voudrais boucler la maquette pour pouvoir proposer un premier jet dans le courant de la semaine prochaine à la personne à qui elle est destinée. Je dois également finir de sélectionner les chansons que je vais chanter le 28 juin en plus de la lévédanz’ lors de la soirée brésilienne, afin d’avoir le temps de les bosser correctement et de récupérer les versions instrumentales. Mes enfants y seront, j’espère qu’ils accepteront de danser la choré en même temps que je chante. 

Bon je m’arrête là pour ce soir, en attendant de revenir vous parler de Beauval je vous mets quelques photos tout au long de cet article, je termine par  celle-ci qui m’amuse beaucoup : un magot était en train de manger de la betterave, ce qui lui a taché les lèvres ; au moment où j’ai pris la photo il fermait les yeux, du coup avec ses paupières légèrement bleutées on dirait qu’il est maquillé.

BVL_080513_magot


23:09 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : travail, beauval, avancee |  Facebook |

Commentaires

Bon courage dreamha, je suis sure aussi que cette expérience peut t'apporter beaucoup...
Vois un peu plus à long terme...Tu verras les enseignements tout au long de la route... en regardant en arrière et sur des élements de la vie de tous les jours...

Courage Dreamha

Écrit par : olivia326 | 23/05/2008

Bonjour dreamha!!! Si tu as une solution pour éviter que le boulot m'empiète pas sur ta vie privée, je suis preneuse. Moi, je n'en ai trouvé aucune. J'ai essayé de prendre une journée de congé en milieu se semaine, j'ai essayé de partir plus tôt le vendredi, mais rien. Je suis "bouffée" par vie professionnelle. Mais en fait, c'est somme toute assez logique puisqu'on consacre 5 fois plus de temps à sa vie professionnelle qu'à sa vie privée. Donc, forcément, il reste très peu d'espace pour la vie privée, les loisirs, la vie familiale... Ceci étant dit, j'ai un boulot très stressant, mais c'est avec un réel plaisir que je me lève tous les matins à 5h30 pour venir travailler.
A un moment donné, j'étais en plein doute et j'ai pensé arrêter ce job, pour travailler uniquement dans le domaine "manuel". Et puis, ce n'était qu'un moment de doute....
A très bientôt.

Écrit par : chutney1 | 23/05/2008

Les commentaires sont fermés.