25/05/2008

Jour de fête

… pour les mamans. Alors pour toutes celles qui entendent ou ont entendu dans leur vie « Maman » sur tous les tons, murmuré au réveil, pleuré entre deux sanglots, affolé dans la nuit après un cauchemar, joyeux le soir au retour du travail ou au sortir de l’école, éclatant de rire lors d’une bataille de chatouilles, je vous souhaite bonne fête. 

Les trois loulous qui font de moi une maman me prennent beaucoup d’énergie mais m’en donnent encore plus ; quand je ne crois plus en ce que je fais ce sont eux qui me donnent la force d’y croire encore. Ils ne cessent de m’étonner par leur acharnement à vivre et leur aptitude à simplifier les choses que nous autres « les grands » nous voyons de façon si compliquée.

les3_080521

Ils me voient forte parce qu’un jour j’ai abattu le pommier toute seule, parce que je monte à l’échelle, ils me voient douée parce que j’essaye de danser de la tecktonik, que je dessine leurs repas et leur bricole des jouets. Ils me voient belle quand je suis déguisée en casse-noisette ou que je tiens un oiseau dans les mains. Ils le disent de façon si sincère que moi je les crois, et que j’avance rassurée sous leur regard inconditionnel. 

J’ai devant moi les cadeaux qu’ils ont fait cette semaine à l’école, ils sont emballés j’ai promis d’attendre leur retour ce soir pour les ouvrir. Loulou premier était un peu triste car lui n’a rien fait dans sa classe, mais vendredi soir il m’a fait malgré ce qu’il pense un cadeau que je n’oublierai jamais. J’étais en train de travailler sur la musique de ma dernière chanson, il était à côté de moi, j’accrochais sur un passage qui ne me satisfaisait pas, je lui ai dit. Il m’a caressée la joue en me répondant « maman tu fais du bon travail, parce que tu travailles très dur ». Ses mots m’ont beaucoup touchée.

La photo que vous voyez d'eux a été prise mercredi dernier chez mes parents, je l’aime beaucoup car elle exprime très bien toute la malice dont ils regorgent. Quand je la regarde je pourrais presque les entendre rire.

bucky2_080520

Depuis mardi, nous avons un petit pensionnaire en convalescence à la maison. Sur le chemin de retour de l’école à16h30, alors que je tournais au coin de l’église mon regard a été attiré vers le sol. Etrangement une fraction de seconde avant j’ai eu le sentiment que je savais ce que j’y trouverais. Il y avait une jeune tourterelle turque, prostrée contre une pierre. J’ai voulu la prendre elle s’est un peu déplacée mais j’ai pu facilement l’attraper. Certaines de ses plumes m’ont laissée penser immédiatement qu’elle était tombée du nid un peu trop tôt et qu’elle ne maîtrisait pas encore l’art du vol.

bucky3_080522

Les enfants étaient ravis de ce sauvetage, j’ai prévenu tout de suite que je ferais mon possible mais que je ne pourrai pas faire de miracle et qu’elle pouvait très bien ne pas s’en tirer. J’ai essayé de la nourrir à la main, elle a accepté facilement d’avaler les graines, ça m’a soulagée je me voyais déjà devoir lui donner la becquée. Le soir même nous partions dormir chez mes parents, les enfants voulaient garder un œil sur « Bucky », j’ai demandé à mes parents l’autorisation de l’emmener avec nous, ce qui fut accordé. J’ai bidouillé une cage de fortune, et j’ai cru encore plus en ce sauvetage quand chez mes parents je l’ai vu picorer elle-même sa nourriture.

bucky4_080524

Ici elle est dans l’ancienne cage de mes tourterelles, dont je n’ai plus la partie basse, alors je la pose sur la table dehors et je la couvre pour la nuit pour que la tourterelle n’ait pas froid ou ne prenne la pluie. Jeudi quand j’ai changé son eau elle était très agitée quand j’ai mis la main dans la cage, elle volait dans tous les sens, d’un commun accord avec les enfants nous avons décidé de la relâcher. Mais elle manque encore de force, elle s’est envolée jusqu’au rebord d’une des fenêtre de mon autre maison, puis n’en a plus bougé. Je redoutais qu’elle ne tombe et se fasse manger par le chat des voisins, alors j’ai pris l’échelle pour aller la chercher, je l’ai remise en cage, je vais la garder quelques temps pour quelle prenne des forces, puis je la lâcherai.

bucky-sentinelle-pour_B_080521

A partir de demain je vais lui faire travailler ses ailes. La méthode m’est venue du fait que le premier jour, en mettant un bâton traversant de part en part la cage pour lui faire un perchoir j’en ai mis moins large que l’intervalle des barreaux ; dès qu’il s’y posait celui-ci bougeait, l’obligeant à battre des ailes pour garder son équilibre. Craignant de l’épuiser, j’ai changé de bâton pour une section plus grosse qui elle ne bouge pas. Je le ferai travailler quelques minutes plusieurs fois par jour pour qu’il se renforce.

bucky5_080524

J’ai vu aussi que sa présence suscitait la curiosité de ses congénères en liberté. Alors samedi en fin d’après-midi j’ai répandu des morceaux de pain et des graines sur la table et au dessus de sa cage pour attirer de la compagnie. La toute première visite a été une petite mésange effrontée qui m’amuse beaucoup, elle est toute jeune, une petite huppe sur la tête qui laisse penser qu’elle est mal peignée. Puis des moineaux… et enfin une tourterelle de la même espèce que notre protégé. Elle a d’abord commencé par picorer les morceaux les plus loin, et mine de rien se rapprochait de plus en plus de la cage. Bucky l’ignorait complètement, tout à sa toilette, mais j’ai compris en les observant que chacun usait d’une manoeuvre de diversion, du genre « tu crois que je ne t’ai pas vu et que je vaque à mes occupations, mais je t’ai à l’œil ».

bucky6_080524

Une autre tourterelle a rejoint la première, plus agressive, elle chassait de la table les moineaux un peu trop entreprenant. Après une multitude d’aller-retour du bout de la table vers la cage en s’en approchant de plus en plus, elle s’est retrouvé contre les barreaux et a risqué son bec à l’intérieur. Bucky s’est penché vers elle et l’a touché d’un coup vif, ils se sont éloignés instantanément l’un de l’autre. Difficile de dire si c’est un début de conflit, en tout cas c’est un échange, un contact avec des membres de son espèce. En même temps ça me confirme qu’il faut que j’attende qu’il se remplume (c’est le cas de le dire) pour le relâcher, parce que je n’ai pas envie qu’il se fasse tomber sur le paletot dès son envol. En tout cas ce matin les tourterelles sont venues plus rapidement sur la table, et il n’y a pas eu de prise de bec. 

Voilà, affaire à suivre, j’espère pouvoir continuer à vous donner de bonnes nouvelles de lui d’ici que nous le relâchions.
bucky7_080524

17:39 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : maman, loulou, oiseaux |  Facebook |

Commentaires

Je parcours ton blog avec délectation ... je te félcite , tu es une maman formidable ( les regards de tes beaux enfants en disent long ) une amoureuse des mots , une amoureuse de la vie , que celle çi te sois reconnaissante et t'aide à pousser les étoiles .

Écrit par : capel | 27/05/2008

Les commentaires sont fermés.