30/05/2008

Ma pause ordi de la semaine

Eh bien il va falloir désormais vous contenter de mes écrits du vendredi au lundi, je n’ai pas du tout le temps le reste de la semaine. Les repères viennent peu à peu sur le plan personnel, nous arrivons à nous lever, à part hier matin où je m’étais rendormie, c’est la volée de cloches de l’Angélus qui m’a réveillée à 7 h 10, je vous laisse imaginer comment j’ai brassé tout le monde pour que je les dépose à 7 h 30 chez mes voisins. Heureusement tout était près de la veille, alors ça a été 20 minutes efficaces, nous avons réussi.

Côté boulot ça va de mieux en mieux, je prends confiance en moi et j’ai le sentiment que l’inverse est vrai de la part de ma responsable. Demain je devais être à l’unité à 7 h, j’aurais ouvert seule, sauf qu’on a zappé la passation de clés, donc elle sera là avec moi. Mon boulot me plait. Côté collègues, je cerne davantage les comportements et les mentalités de chacune, je compose avec, je parle peu, j’écoute beaucoup et cela semble leur convenir. Je me trouve à nouveau en position de « collecteur » des rancœurs des uns envers les autres tout en assistant aux bonnes figures des mêmes uns face aux mêmes autres. J’observe en spectatrice amusée…

bucky_080528_libre_pigeon_sous_toiture

J’ai pas mal de retard à rattraper aussi sur le blog, je crois que je vais blinder d’articles le week-end et vous aurez la semaine pour tout lire. Je ne pourrai malheureusement pas encore retourner à Beauval ce week-end à moins d’un miracle pour abattre trois tonnes de boulot demain tantôt, j’ai pris du retard sur mon projet de site sur le parc. En attendant, via dailymotion sur lequel je mets en ligne mes vidéos faites au parc, j’ai été contactée par un passionné de la protection animale qui œuvre in situ, en Indonésie.  Pour le moment je visionne ses vidéos à mesure qu’il les met en ligne, je l’ai contacté une fois pour le remercier de m’avoir invitée à découvrir son travail et celui de son association Kalaweitt, quand j’avancerai davantage vers mon projet en faveur des orang-outans, je le contacterai de façon plus précise.

bucky_080529_sur la table

En attendant ces grands moments, concernant notre petit rescapé à plumes, mercredi il s’agitait tellement dans la cage que je craignais que de continuer à le garder aille à l’encontre de notre volonté première de le sauver. Loulou deuxième a dit « il appartient à la nature, nous devons lui rendre », ça a fini de me décider, nous l’avons relâché. Auparavant je lui ai noué à la patte droite un petit coton jaune et rouge, afin que nous le reconnaissions si toutefois il revient. En un instant j’ai revu ma prof de biolo de seconde, qui nous disait qu’en cas de marquage d’un animal il fallait toujours veiller à ce qu’il ne représente pas un signe agressif pouvant donner lieu à attaque de la part des autres animaux, congénères ou non. Je pense avoir respecté cette consigne, le fil ne se voit pas de loin, et la couleur n'est pas vive.

Quand noue l’avons lâché, il s’est envolé sur le bord du toit, il est resté un moment à regarder tout se qui se passait autour, il semblait surpris par les allées et venues des pigeons sous la gouttière. Puis il est parti plus loin, nous l’avons perdu de vue. Hier nous avons eu le plaisir de le voir revenir, il s’est posé sur le champ de la porte de la maison d’en face qui est toujours ouverte. C’est Loulou deuxième qui est venu me prévenir, il a vu sa patte. J’ai mis des graines sur la table, là où j’avais mis sa cage, il est venu picorer un moment. Une autre tourterelle lui a donné la chasse, le poursuivant et l’empêchant de se poser chaque fois qu’il faisait une approche.

bucky_080529_sur la table_2

J’aurais voulu intervenir mais je n’en ai pas le droit. Un jour j’ai lu une nouvelle sur les îles Galapagos, un homme montrait aux touristes la plage sur laquelle naissait les tortues. Dès que la première est sortie, un oiseau a foncé dessus. Malgré les protestations du guide, un des touristes s’est empressé de le chasser en faisant des mouvements avec son chapeau, encouragé par les autres. L’oiseau parti, d’autres bébés tortues ont pointé leur nez, de plus en plus nombreux ; alors une nuée d’oiseaux s’est abattue sur ce festin en mouvement, devant les yeux horrifiés des touristes, l’un d’eux murmurant « qu’avons-nous fait ? ». C’est pourquoi malgré mon envie de protéger Bucky je dois laisser faire, soit il a la force de s’imposer et de délimiter son territoire, soit il arrivera ce qu’il doit arriver.

amalg_construct_nid_Hirond_CR

Je voudrais aussi vous présenter mes nouveaux voisins, j’ai observé leur installation sur une semaine dans le courant du moi de mai, par chance cette année ils se sont installés dans un endroit assez visible : sur la poutre qui est face à la porte de l’autre maison (celle sur laquelle Bucky était posé). La contrepartie, c’est qu’il faut baisser la tête en rentrant au cas où ils seraient dans leur nid, sinon on court le risque de se télescoper. Au début je n’y pensais pas, une fois j’entrais les cheveux détachés, j’ai sentis une aile les entraîner et de l’air dans mon cou. Pauvre hirondelle, elle a dû avoir encore plus peur que moi.

nid_d_hirondelle_mi-mai_2008 005

Lundi matin, j’étais à la porte de ma cuisine, j’écoutais les oiseaux, j’ai vu sur ma gauche un gros lézard qui prenait le soleil. C’est un bonheur de voir cette vie partout, même si j’ai un peu de mal avec les fourmis qui ont investi ma cuisine. Ça fait un mois que je tente de les dissuader, elles ont ignoré le sel, le marc de café, j’en suis au produit javelisé (à mon grand regret je vous assure). Leur entêtement est assez surprenant, elles dévient leur route mais arrivent toujours à leur cap. Toutefois je bénéficie depuis la semaine dernière du renfort d’une araignée qui trouve le lieu très intéressant si j’en juge de ce qui se trouve emballé sans son garde manger. Bah oui, la vie à la campagne c’est ça aussi, et puis tout le monde y trouve son compte, nous vivons dans une sorte de symbiose. A ce sujet il faudra que je trouve une solution pour réhéberger les chauve-souris qui vivent dans le grenier de l’autre maison quand je ferai les travaux de cette partie là, car je n’ai pas envie de les voir partir, elles nous garantissent une invasion limitée notamment de moustiques. 

Tous les ans ça arrive quand l'hiver est passé: je constate à nouveau à quel point j’aime vivre ici.
 
nid_d_hirondelle_occupe_couple_mi-mai_2008 005


21:23 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : oiseaux, serenite |  Facebook |

Commentaires

un ti coucou rapide je vis à 10000 à l heure en ce moment je prepare une brocante où j espere vider ma cave bisoussssssssssss

Écrit par : beedoo2003 | 30/05/2008

Les commentaires sont fermés.