12/06/2008

Débordée

La seule vision qui me vient pour décrire mes journées, c’est une grande malle dans laquelle je veux faire rentrer pleins de choses, tant et si bien que le couvercle ne ferme plus. Pour le moment, j’arrive à ce qu’il n’y ait plus rien qui traîne par terre, mais j’aimerais bien pouvoir fermer la malle sans avoir à sauter dessus. Autrement dit, que je courre un peu moins pour arriver à tout boucler dans la journée. 

Enfin, le positif c’est que j’arrive à faire des choses, je me sens très bien dans mon nouveau poste, je prends davantage de marques au fil des jours, mes gestes deviennent plus sûrs, je me sens plus confiante. Je me dis que l’Aigle avait raison quand il m’avait déclarée au moment où cette solution avait pointé son nez « je suis sûr que tu vas t’éclater dans tes nouvelles fonctions ». Car c’est effectivement ce qui commence à se passer. Me boulot en lui-même me plait, et puis l’ambiance est bonne, nous avons pas mal de points communs avec la responsable et nous nous entendons bien pour bosser.

femme et licorne

Mes premiers pas vers un épanouissement professionnels réveillent ma créativité, l’effervescence est revenue, d’abord au travers d’une chanson que j’ai écrite il y a deux semaines, et puis au travers d’une idée qui m’est tombée dessus cette nuit en pleine insomnie. Les yeux ouverts dans le noir à tourner-virer dans le lit en espérant que le sommeil pointe son nez, sans succès, à essayer de faire taire une idée, qui revenait de plus belle et gagnait du terrain, comme une mer montante. Au final, cette idée est devenu un pari fou, un défi que je me lance à moi-même, tellement délirant et balaise que je ne peux pas vous le dévoiler, même dans les grandes lignes, de peur de passer à vos yeux pour une présomptueuse ou une déjantée… ou les deux. 

Une fois de plus ce défi s’intègre facilement au reste de mes projets, comme une maille de plus, il est en interaction avec le reste. Vous savez, franchement des fois j’ai la phrase de Coluche qui me résonne dans la tête « mais jusqu’où s’arrêteront-ils ? ». Quelles sont les limites qui me bornent ? La seule qui pourrait être évidente est la mort, quand j’aurai cessé d’exister en tant que telle. Mais dans la croyance qui me convient, le mort n’est pas une fin, juste un changement d’état, une remise à zéro de la partie, jusqu’au « gameover » suivant. Alors j’ai l’impression de faire partie intégrante de ce flot d’énergie qui fait la Vie. Le petit élément d’un tout. C’est un sentiment étonnement sécurisant, d’une puissance que je n’arrive pas à mettre en mots.

stairway to heaven digital

Je ne vais pas m’étendre beaucoup ce soir, la nuit blanche passée suivie de ma journée de travail ont enfin raison de mon effervescence, la fatigue alourdit mes gestes et ma pensée, j’ose croire que cette nuit m’offrira un sommeil profond et réparateur. 

Je voudrais partager avec vous un moment qui m’a beaucoup touchée hier soir. J’étais dans la cour avec les enfants, ils jouaient pendant que je transvasais du sable de grosses caisses indéplaçables dans des petits seaux que je récupère chaque jour au boulot. Loulou deuxième a ajouté aux grosses ailes de son déguisement de carnaval un corps, ce qui lui fait un magnifique papillon. D’un coup il l’a fait se poser sur mon dos, en me disant « il se met sur toi car c’est de toi que vient le paradis ». Je n’étais pas sûre d’avoir compris, alors je lui ai fait répéter, il a ajouté « oui tes chansons sont très belles, et puis tu nous fais de la bonne et belle cuisine ». Ses mots  m’ont beaucoup touchée, je l’ai serré dans mes bras pour ne pas pleurer. Voilà, je voulais vous en faire part. 

Je reviendrai ce week-end plus longuement, là il est l’heure de manger, puis tout le monde au lit.

ocean dreams

19:56 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Merci de nous partager ces mots-là !

Écrit par : Silène | 12/06/2008

Les enfants sont toujours surprenants. Leurs réflexions sont parfois très émouvantes!!!!

Écrit par : chutney1 | 13/06/2008

quel bonheur de lire que le trvail roule bien c du debordement positif !! cro mimi la reaction de ton loulou gros bisous

Écrit par : beedoo2003 | 14/06/2008

Les commentaires sont fermés.