24/12/2008

ce soir c'est noël...

ah bon? Je n'en ai pas du tout l'impression cette année, j'ai tellement eu "le nez dans le guidon" au boulot que je n'ai pas eu le temps de m'en imprégner, je n'y ai vu qu'un côté fonctionnel, commercial, professionnel, des tensions, du stress. De la fatigue, qui a eu raison de moi, pourtant ce n'est aps faute d'avoir essayé de me ménager des temps de récupérations, mais ça n'a pas suffi.

Une réorganisation de fonctionnement lieu où je bosse fait que j'ai eu un domaine précis à gérer, de façon plus ou moins heureuse pour le moment je l'admets, avec l'envie d'y arriver, d'abord pour moi, et pour ne pas décevoir ceux qui m'ont accordée leur confiance, mais il en résulte une pression interne qui me mine.

Des journées enchainées entre boulot, enfants, tout à l'arrache, le retard qui s'accumule, l'envie de trouver une faille temporelle dans laquelle me réfugier. Même pas eu le temps de retourner à Beauval depuis trop longtemps à mon goût, la dernière fois c'était le 11 novembre.

Je n'avais pas envie de réveillonner cette année, j'ai besoin d'être seule, dans le silence et le calme, loin de toute cette morosité ambiante, ce sentiment d'obligation d'être heureux "parce que c'est Noël". Marre d'entendre "je n'aime pas savoir que quelqu'un est seul le soir de noël". Pourquoi se soucie-t-on de la solitude des gens uniquement ce soir là? Pourquoi certaines personnes se sentent-elles obligées d'avoir du coeur uniquement ce soir là, et dès demain tourneront la tête pour ne pas voir celui qui tend la main?

Je ne trouve jamais les gens aussi odieux qu'en cette "période de fraternité et de générosité", c'est à croire qu'ils seraient prêts à en venir aux mains s'il ne restait qu'une seule bûche dans le rayon, parce qu'ils veulent que LEUR réveillon soit le plus réussi avec LEUR famille, gâter (pourrir?) LEURS enfants.

Marre d'entendre aussi "bah alors tu fêtes pas noël avec tes enfants?". Non, pas le soir même, parce que ce matin j'ai embauché à 4 heures et franchement je ne suis pas disponible, ni physiquement ni moralement pour faire la fiesta. Ce soir ils sont avec leur papa chez leurs grands parents, je suis passée les voir en débauchant ils sont sur des charbons ardents à l'idée de réveillonner. Perso je ne sais même pas si je vais tenir jusqu'à minuit, je vais manger tranquillement en regardant un film, et si le marchand de sable me vise à grandes pelletées je n'esquiverai même pas.

Samedi j'ai embauché à 7h, dimanche 7h30, lundi 7 h, hier repos mais très relatif parce qu'il a fallu que j'aille chez Norauto pour changer mes plaquettes de freins, + disques (qui étaient la surprise de la semaine dernière car au départ je n'y allais que pour les plaquettes), + les flexibles qui étaient la surprise du jour. De 86 € prévu il y a 10 jours je suis ressortie avec une facture de 340 €, en payant je me suis dit en moi-même "joyeux noël ma grande". L'après-midi je suis passée chez les flics pour un histoire dont je vous parlerai une autre fois, et en rentrant j'ai ouvert mon courrier, il y avait une carte de mes parents adressée uniquement à mes enfants, pour leur dire que le père noël était passé chez eux. Prise de tête au téléphone avec mon père, ça aussi je vous raconterai plus tard.

Je nourris l'illusion de pouvoir faire une grasse mat demain, mais hier j'étais réveillée dès 6 h sans réveil, mon corps prend d'autres rythme et franchement j'avais la haine. De toute façon ça ne sera qu'un petit répit, car vendredi, samedi et lundi je redécolle pour 7 heures. Les enfants ne rentreront que le 31, je  n'ai pas d'autre solution. Je n'ai pas mis de sapin cette année, tout simplement parce que je n'ai pas eu le temps de le chercher, et j'avoue pas fière que je ne me souviens plus du tout où j'ai rangé les décorations l'année dernière.  Je n'ai pas envie de leur mettre les cadeaux en tas pour leur retour, je voudrai les planquer partout et leur faire trouver avec des indices, des énigmes à résoudre.J'espère avoir le temps d'y penser dimanche, là mon cerveau n'arrive plus à réfléchir.

Ce soir j'ai envie de vous parler d'autre chose qui me tient beaucoup à coeur. Un ami m'a appris il y a une dizaine de jours qu'un de ses collègues souhaitait donner son chien et qu'il avait pensé à moi vu comment je suis avec les animaux. J'ai réfléchi, d'un côté j'étais tentée, depuis le départ de Fun il est vrai que les enfants sont demandeurs, et moi aussi d'ailleurs. Mais je culpabilisais à cause de la zone ici, et mon incapacité actuelle à absorber mon retard à cause du taf et de la fatigue, qui n'arrange pas les choses vues les données de bases.

J'ai demandé son avis au Loup, car je sais à quel point les animaux comptent pour lui, et j'ai pris son avis pour validation. J'ai eu le propriétaire du chien au téléphone, j'avoue que je m'interrogeais au départ sur les raisons pour lesquelles il voulait se séparer de son chien, et quand il me les a expliquées et son soucis de trouver vraiment un foyer dans lequel son quatre pattes seraient heureux, j'ai été rassurée sur le fait que c'étaientdes bons maitres. Et quand j'ai reçu les photos par mail j'ai craqué, parce qu'il est beau ce wouaf, plein de vie, ça pétille jusque dans ses yeux.

Nous sommes allés le voir samedi dernier avec les enfants, ça s'est très bien passé, il est très sociable, bien élevé, et d'un bon caractère, je ne sais pas comment expliquer, je l'ai ressenti. Quand on s'est séparé dans mon esprit c'était clair, on allait le prendre. Et puis en rentrant ici ça s'est mis à brasser dans ma tête. La culpabilité est revenue, parce que les maitres ont tellement d'égard pour leur chien que je me suis mise à douter de la possibilité de lui apporter quelque chose qui soit mieux pour lui.

Dimanche matin la zone dans la maison m'est apparue encore plus flagrante que d'habitude, presque insupportable, comparée à l'espace clair de l'appartement que j'avais vu la veille. Et quand j'ai mis en balance le lieu de vie actuel du chien et ce que j'allais lui proposer moi, je me suis mise à penser que je ne ferai jamais le poids, même en lui accordant plus de temps, de présence, d'attention, en l'intégrant à notre famille.

Vous connaissez mon parcours et vous savez pourquoi je me bats, je l'assume pour moi et pour mes enfants malgré les reproches réguliers en ce qui les concerne, on est habitués à vivre ainsi, mais d'un coup je me suis dit que je n'avais pas le droit de parachuter quelqu'un la-dedans. J'ai paniqué quand le samedi soir les maitres du chien m'ont demandée s'ils pourraient voir là où toutou vivrait.

Barrer l'accès ici, je le fais pour nous préserver des incompréhensions externes, mais là je me suis sentie coincée, je trouvais la requête légitime car elle allait dans le sens de la préoccupation que ses maitres ont de choisir pour lui quelque chose qui soit à leur sens meilleur que ce qu'ils estiment lui offrir. Mais comment oser imaginer qu'ils accepteraient de me confier tout-poil une fois qu'ils sauraient. J'ai alors été persuadée qu'il n'y aurait décidément aucun endroit où leur chien ne serait mieux qu'avec eux à l'heure actuelle, et je leur ai fait part de mon renoncement.

Mais ça me bouffe depuis, parce qu'ils ont été très déçus en l'apprenant et je pense que je les ai blessés alors que ce n'était pas du tout mon intention. Je ne me sens pas à la hauteur matériellement, et je demande si malgré mes certitudes jusqu'ici du contraire l'affectif suffira cette fois à compenser. Pourtant dès que j'ai eu en tête de l'accueillir parmi nous je me suis imaginée plein de scènes , d'aller chercher avec lui les enfants à l'école le soir, de nous promener tous les 5 en campagne, de l'emmener au maximum avec nous partout où ça sera possible puisqu'il adore la voiture, de jouer avec lui dans la cour, de le caliner, lui parler et lui confier plein de trucs quand je serai seule avec lui le week-end. Alors j'ai peur de décevoir encore plus ses maitres quand ils verront ici. J'en pleure en vous l'écrivant, parce que ce n'est pas souvent que ma réclusion me fait souffrir, mais là c'est le cas.

Il y a un mois, quand les commandes de noël fusaient dans tous les sens ici, j'ai dit aux enfants "moi pour Noël je voudrais une maison propre et bien rangée". Ce soir j'ai envie de croire au Père Noël.

19:46 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : noel, pere noel |  Facebook |

Commentaires

Avant tout joyeux Noel !!!

J'ai eu une boule à la gorge en te lisant , ça m'attriste et en meme tps me sent coupable car j'aimerais tellement aimer pouvoir faire en sorte que tu puisse sortir de cette "enfer" qu'est le désordre de ta maison. Sans ça , tu aurais pu accepter ce compagnon sans aucune gêne. J'enrage contre tout ces km !

Je comprend ce que tu peux ressentir, je l'ai vecu a l'epoque ou je vivait chez ma mère , la peur que qq un nous rendent visite etait permanente tellement c'etait le bordel mais bon ne pense tu pas qu'ils pourraient comprendre si tu leur explique la situation ??? Je sais que c'est pas facile d'en parler à des inconnus mais si le courant passe bien , y a p-e moyen que les choses s'arrange !!!

EN tout cas, tu as raison il faut que tu continue à croire au père Noel , la magie de cette soirée perdure toute l'année pour ceux qui veulent y croire !

Voila, je pense très fort à toi en espèrant que ça aille mieux .

courage miss

bizz

elo

Écrit par : Tite elo | 25/12/2008

Coucou!!! Avant toute chose, je te souhaite une très bonne fin d'année 2008!!!
Dommage pour le chien et pour vous 4. Tu ne crois pas que le plus important est ce que toi et les enfants auriez pu lui offrir, bien plus important qu'un cadre de vie rangé et ordonné. Je ne pense pas qu'un chien soit sensible à l'ordre. C'est comme pour les enfants ce n'est pas la quantité de temps qu'on leur consacre, mais la qualité de ce temps...!!!
A très bientôt!

Écrit par : chutney1 | 26/12/2008

je comprends mieux ma Dream. La goutte d'eau après une année difficile, pleine de boulot, de stress.
j'ai vu que les maîtres actuels étaient tjs ok pour te le donner et j'en suis bien heureuse. J'aimerais pouvoir t'aider pour la maison mais je ne vois pas bien comment... Quand ils verront l'amour que tu peux apporter à leur chien et l'amour que tes loulous sont prêts à lui donner, je pense que ce sera le plus important.
bisous

Écrit par : barbayoupi | 26/12/2008

Les commentaires sont fermés.