11/01/2009

en chute libre

""c'est l'histoire d'un mec qui tombe d'un gratte-ciel de 200 étages. Il arrive au 150e, il dit "jusque-là ça va". Au 100e "jusque-là ça va" etc, je vous laisse imaginer la fin."

Dans le même genre, deux belges sont en montagne quand l'un d'eux dévisse dans un ravin, poussant un long "aaaaaaaaaaahhhhh" qui se perd dans les profondeurs. D'en haut, son compagnon demande "tu t'es fait mal?", l'autre répond "ch'sais pas, ch'suis pas encore renduuuuuuuuuu".


Non je ne suis pas pessimiste, juste fatiguée et réaliste. Comme tu disais Beedoo dans un de tes derniers com, je ne tiens qu'à un fil, et là il a intérêt à ne pas lâcher parce que si ça casse c'est foutu.

En ce moment je pense beaucoup à l'époque où je livrais le quotidien régional en mobylette, par tous les temps y compris celui d'en ce moment. Je ne compte plus mes chutes, les fois où se cumulaient panne de cyclo et les intempéries, et que je m'effondrais en pleurs sur mon guidon en attendant le dépannage. Ce n'était pas lié au fait que je sois "une faible femme", une des 5 sur 60 porteurs que comptait la région centre, mon ex-mari qui le faisait aussi craquait tout comme moi, il y a des fois on aurait bien tout envoyé valser pour rentrer au chaud et ne plus en sortir.

Parfois, quand il pleuvait fortement, j'imaginais des petits anges en récréation qui jouaient à verser de l'eau à l'aide de seaux (d'où les expressions "tomber à verse" et "tomber à seaux"?), le surveillant tapant dans ses mains pour dire "allez on rentre" et les joyeux drilles qui se magnaient de finir de tout vider. J'avais remarqué que souvent la pluie redoublait avant de s'arrêter.

090110_bo

C'est ici en théorie mon dernier hiver dans ces conditions, au pire l'avant dernier, et j'ai l'impression que là-haut ils tiennent en ce qui me concerne une fiche d'épreuves à subir avant de vivre plus sereinement, et vu qu'ils ne sont pas dans les temps, ils balancent ce qu'ils peuvent maintenant.

Rien de grave en soi, nous allons tous bien physiquement, personne n'est malade et vu le temps c'est déja pas mal. Mais nerveusement, je suis plus que limite. J'ai pris sur moi jeudi pour retourner au boulot en pensant que plus je reculerais moins je serais capable de rouler. J'ai appris que lundi dernier une voiture s'est pris les plots en face du bar, à une centaine de mètres de chez moi.

J'écoutais les voitures passer devant ma fenêtre, elles roulaient à une vitesse normale, j'y suis allée. Ma voiture n'ayant pas bougé depuis lundi soir était carrément recouverte de neige, j'ai mis un moment à la dégager. Le chemin que je prends habituellement est jalonné de 9 rond-points, j'ai un pneu qui est à changer à l'arrière, j'ai voulu limiter la casse, d'autant que pour rattraper cette route il y a  aux abords du Cher un petit vallon à passer qui verglasse facilement.

J'ai donc pris une autre route, plus longue parce qu'il y 4 bleds à traverser, dont un où ça bouchonne toujours. Le long du Cher également, mais route plate et droite, donc moins de risques. Pendant les feux rouges, je regardais les cormorans au dessus de l'eau, ça m'a permis de relacher un peu la pression. A un autre endroit une pie faisait du sur place en se mettant à contre-vent. J'aurais voulu être dans d'autres circonstances afin de pouvoir prendre des photos.

Le soir en débauchant, le soleil de la journée avait asséché la route, c'était rassurant. J'ai fait quelques courses parce qu'on n'avait plus de produits laitiers, et plus tard dans la soirée en sortant du pain du congel j'ai réalisé qu'il était mou. Et je me suis aperçue qu'à part la lumière, mon frigo ne marche plus. Il est encore sous garantie, mais là le hic c'est que je ne sais pas du tout où est la facture. J'ai mis en place une pochette à cet effet, qui n'est entrée en fonction qu'après cet achat. Alors galère. Il va falloir que je cherche cette facture, et si le frigo doit être emmené, vu qu'il ne passe pas par la porte de la cuisine, il va falloir le passer par l'intérieur, qui est plus qu'encombré. Je le vis par avance comme un enfer.

090110_ca

Le vendredi matin, moins cool pour aller bosser, la température s'était éloignée de zéro par la négative, j'ai su après que c'était descendu jusqu'à -13 °C dans un bled voisin (ça doit être bien pire dans certaines de vos régions, Elo je pense fort à toi et vos -21°C, c'est la température du congel au boulot, en y allant je me suis demandée comment je ferais si c'était la température permanente à l'extérieur). J'ai flippé un peu en grattant, ma voisine était sortie fumer sa cigarette, elle m'a dit "n'y vas pas", mais j'avais peur que ce soit plutôt mal perçu au boulot, je lui ai dit "j'essaye, si je le sens pas je fais demi-tour et je rentre". ça a été, retour idem.

Au courrier le soir, un mot de la mairie m'annonçant comme à tous les habitants que mon compteur d'eau serait changé entre le 15 janvier et le 31 mars,au profit d'un muni d'un petit émetteur, qui permettra le relévé sans nous solliciter. Mon compteur est inaccessible pour le moment, je ne le dégage qu'une fois par an précisément le temps de faire le relevé, et je l'enssevelis aussitôt. Bien évidemment il doit être dégagé pour les travaux, pour lesquels je serai prévenue 48 heures avant intervention. Et là ça coince, je ne sais pas ce qu'ils s'imaginent, je ne suis pas du tout réactive en terme de disponibilité sur un labs de temps aussi court, mes horaires sont établis 15 jours avant et ne sont pas modulables sauf cas de force majeure. J'entends par là maladie me concernant ou l'un de mes enfants, accident ou intempéries comme la semaine dernière, mais il est hors de question que je me pointe au boulot la bouche en coeur en annonçant "est-ce que je peux ne pas bosser après demain parce qu'on me change mon compteur?". Donc c'est pas gagné s't'affaire.

Bon j'ai mis ça dans un coin de ma tête, à côté du problème du frigo, du stress de la route, décidée à bosser pour ne penser à rien d'autre. Samedi matin, re-gel sur les vitres, je démarre la voiture, elle cale mais quelque chose continue à tourner, j'essaie de redémarrer, impossible. Je demande au boulanger s'il veut bien me donner un coup de main, il arrive mais ne savait pas du tout d'où ça venait, nous étions tous deux impuissants devant ce bruit dont on ne déterminait pas l'origine. Impossible de débrancher la batterie car inacessible immédiatement, ça a duré presque 10 minutes comme ça et une fumée noire a commencé à sortir du moteur. J'ai balisé comme une malade, je voyais déja ma voiture en feu, je ne savais pas si je devais appeler les pompiers ou quoi.

090110_ce

Il était 8h10, je suis rentrée à la maison, j'ai commencé par appeler le boulot pour prévenir. J'ai appelé ensuite l'ami qui s'occupe de ma voiture quand j'ai un problème (les pauvres ils vont finir par ne plus vouloir décrocher quand ils vont voir s'afficher mon numéro), j'étais vachement génée en réalisant que je l'avais réveillé. Il devait garder ses loulous, on a fait un échange, je suis allée chez eux à pied pour garder les schtroumpfs et il s'est occupé de ma voiture.Quand les loulous m'ont vue, ils ont demandé où étaient mes pommes, ils sont très liés, il y a une idylle entre loulou deux et la fillette, ils se suivent depuis la maternelle, miss Malice penche pour le garçon, ils sont aussi  dans les mêmes classes depuis le début. La poupette me dit "je veux aller voir les orques", je lui réponds "mon tapis volant est en panne, je ne vais pas pouvoir t'y emmener, ton papa est en train de sortir ses pouvoirs de magiciens pour essayer de le réparer", elle sourit puis reprend: "alors je veux aller faire du cheval!".  Je réponds "ah oui, figure-toi que moi aussi j'aurais bien voulu ce matin, mais il a fallu que je vienne jusqu'ici à pied, parce que quand j'ai voulu le seller, il m'a dit 'tu plaisantes? je ne sors pas de ce temps-là, je n'ai pas envie de me geler les sabots moi!'". Elle me regardait et ne savait plus quoi croire, elle a demandé "... c'est... vrai?", je lui ai soutenu que oui mais j'ai détourné leur attention en leur demandant ce que le père Noël leur avait amenés (han...)

090110_vo

Ma copine

Punaise, entre identifier la panne (mon nemann... euh pas sûre de l'orthographe... qui s'est mis en court-jus et m'a cramé ma batterie au passage), aller chercher un autre nemann qu'il a galéré à sortir pour réaliser que c'était pas le même modèle au moment de le remonter sur lamienne, et finalement sortir sa baguette magique pour me réparer malgré tout ma voiture, leur papa y a passé la journée, dans le froid, il n'a même pas pris le temps de manger.


Quand il est arrivé le soir il me dit "bon ta voiture est finie"; avec la fatigue, le froid, il était blanc, l'espace d'une seconde j'ai cru comprendre "ta voiture est morte" je lui dis "finie?" il répond "oui elle est réparée", je ne peux pas vous décrire l'ampleur du soulagement que j'ai alors ressenti. Il voulait me ramener quand sa femme rentrerait, mais j'ai préféré repartir à pied, je pense qu'il n'avait plus qu'une envie, rester au chaud et ne plus ressortir. Je lui ai emprunté un gilet fluo et j'ai renquillé mes 2 km dans l'autre sens, ça va c'est pas la mort, je préférais ça plutôt que le solliciter encore.

Désormais j'ai toujours mon APN avec moi, j'ai trop souvent regretté de ne pas l'avoir emmené, j'ai fait quelques photos entre autre avec les schtroumpfs et aussi ma grande copine à 4 pattes, quand elle m'a vue arriver elle m'a fait une fête d'enfer, pourtant je l'avais vue il y seulement un mois. ça m'a permis de me focaliser sur quelque chose. Quand sa femme est rentrée déjeuner, elle me dit "j'ai un service à te demander" c'était oui d'office, je me serais presque mise à genoux pour lui dire "tout ce que tu veux" tellement je me sens redevable de ce qu'ils font pour moi. Je lui ai saisi des fiches sur l'ordi pour son boulot, j'ai réussi à boucler tout 2008. Je dois potasser le logiciel qu'elle utilise afin de lui expliquer comment gérer ses clients, mais en fait ce n'est qu'une partie de la solution, le mieux est de passer par un réel outil de gestion de base de données, donc je vais apprendre Access pour lui permettre d'avoir quelque chose de vraiment exploitable.

Quand je suis rentrée hier soir, avec tous les cafés que j'ai bus dans la journée j'aurais dansé la gigue. En théorie j'avais cours de batterie, exceptionnellement l'après-m au lieu de vendredi soir, quand j'ai confirmé au prof que je ne serais pas là et que j'en ai profité pour lui présenter mes voeux par SMS, il m'a renvoyée les siens en me souhaitent, je cite, "une voiture qui marche impec!" (merci m'sieur). Dommage qu'il ait été si tard hier soir, j'aurais bien tapé sur mes caisses pour vider toute ma pression, j'avais besoin de bruit, de force, jouer au casque n'aurait pas suffit.

090110_ssw

A la place j'ai fait de la retouche d'image, que je ne peux pas vous montrer parce que ce n'est pas une de mes canailles qui est dessus,  c'est une autre discipline mais ça m'a vidée un peu l'esprit. Ensuite, je me suis installée devant des épisodes de Columbo en dinant dans le lit de loulou deuxième. J'étais assise, bien entendu, et à 20cm au dessus de ma tête j'ai entendu des petites pattes, c'est reparti j'ai encore une bestiole à l'étage, et vu le bruit c'est plus gros qu'une musaraigne. J'ai tapoté plusieurs fois au plafond, enfin presque comme pianoté avec mes jointures (pas facile à expliquer) ça l'a dérangée elle est partie, pour revenir une heure après. Même cirque, apparemment ça a fini par la déloger. Vu que j'ai quand même fini par m'endormir (à 2 heures du mat la caféine s'était enfin dissipée) je ne sais pas si elle est revenue. J'espère que les enfants ne vont pas flipper en l'entendant. On ne risque rien, mais c'est vrai que ça fait quand même drôle de l'entendre courir au dessus de nos têtes. Un chat du voisinage a trouvé le moyen de rentrer dans notre cour, il est le bienvenu. J'espère que Caps le laissera continuer à venir. Remarquez, je pense que si vraiment minou veut venir, il y a arrivera, voilà ce que ça risque de donner: les oiseaux viennent manger et boire dans la cour quand le chat n'est pas là, le chat vient chasser dans la cour quand le chien est au chaud. ça va être folklo...

Petite ironie hier soir, j'ai reçu un mail que vous connaissez sûrement, qui conclut "le bonheur est un chemin". En tout cas en ce qui me concerne, j'ai intérêt à le prendre à pied, décidément la voiture c'est pas pour moi.

13:28 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voiture, froid, loulou, miss malice |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.