06/03/2009

on compte sur vous

ça fait un moment que je ne suis pas venue, moralement je patauge un peu, je ne vais pas m'étendre trop là-dessus, après tout ce n'est pas si grave. J'ai pris la décision de rester en retrait du boulot pour me préserver d'un état dépressif dont j'aurais du mal à me dépatouiller. J'ai squwizzé ma desecente à temps, je suis bien entourée, je ne peux que remonter, à condition que j'accèpte d'aller moins vite, et de me tourner vers l'aide  qu'on me propose. Cette fois ça passe aussi par des médicaments, j'ai longtemps refusé à cause de ce que j'ai connu il y a 6 ans, mais je sais aussi que c'est pour un temps, et que je peux avancer aussi grâce à ça.

Coluche

Bon pour le moment j'en reviens à mon titre, je pense que ça vous dit quelque chose. Pour ceux qui ont la télé, vous pourrez regarder les enfoirés ce soir, sur TF1, sinon il y a la radio, sur RTL en simultané. Dès demain les cd et dvd de la soirée seront disponibles dans le commerce.

Je voudrais vous faire part de ce que les restos du coeur m'ont apportée, pendant trois ans. Au-delà de la nourriture, j'y ai trouvé des sourires, des accueils chaleureux, de l'écoute. Je me rappellerai toujours la première fois où j'y suis allée pour ce qu'ils appellent un dépannage, c'est à dire un colis qu'ils donnent à des personnes qui ne sont pas inscrites. Je pensais avoir quelques boites, je suis repartie avec de quoi nous nourrir mes trois loulous et moi pendant une bonne semaine à tous les repas. A mesure qu'ils chargeaient mon carton, j'ai senti les larmes monter, j'ai fini par craquer, à la fois soulagée d'avoir toute cette nourriture, et honteuse d'être là. La personne qui était juste en face de moi m'a caressée la main et m'a dit "allez, ça va aller, ne vous en faites pas". 

Après études de mes ressources, j'ai obtenu une carte pour bénéficier de leur soutien alimentaire pendant l'hiver. Je me disais intérieurement "juste pour cet hiver". Avant d'y aller, je ne connaissais rien des restos si ce n'est que des repas étaient distribués l'hiver, je me demandais "mais les gens n'ont pas faim qu'en hiver, qu'est-ce qui se passe après?". Je l'ai su en avril suivant, une distribution continuait en inter-saison pour les foyers mono-parentaux.

L'hiver d'après, j'ai dû y retourner. Si ma voiture ne m'avait pas lachée en novembre 2007, je les aurait quittés, j'en ai discuté avec eux ils m'ont encouragée à rester encore un peu. Mais je ne voulais prendre qu'une distribution par semaine, je trouvais cela plus juste. Après mon passage à 30 heures hebdomadaires, j'ai attendu encore un peu, puis j'ai décidé de les quitter fin août. C'était important pour moi de ne pas attendre la fin de l'inter-saison, pour que la reprise d'autonomie soit de mon fait, et non parce que j'arrivais au terme de quelque chose.

Leur gentillesse, leurs mots, m'ont toujours aidée à garder ma dignitié.  Nous avons créés des liens, ils demandent souvent de mes nouvelles. J'ai beaucoup de respects pour eux, et ça m'a motivée aussi pour m'en sortir, je voulais leur prouver qu'ils ne m'avaient pas soutenue en vain. Ils m'ont donnée également la possibilité de me sentir utile, en participant à leurx côtés aux opérations caddies qui se déroulent chaque année (à part l'année dernière, une bronchite asthmatiforme m'avait couchée).

Cette année, l'opération se déroule aujourd'hui et demain. A l'entrée des grandes surfaces, des papiers sont distribués à l'effigie des restos, expliquant comment les aider de manières concrête, en donnant une boite de conserve, un paquet de pâtes, de l'huile, des produits d'hygiène... qui seront redistribués aux bénéficiaires.Une année, une dame ne sachant pas quoi acheter nous avait donné de l'argent, il a immédiatement servi à acheter des denrées qui ont été mises avec les autres.

J'ai été élevée dans un milieu assez aisé, quand la première chanson des restos du coeur est sortie en 1985, je finissais le collège, je connaissais les paroles par coeur, me sentant bien à l'abri de tout ça. Yves Montant, disait "demain nos noms peut-être grossiront la liste". Eh oui, on ne peut pas savoir, personne n'est à l'abri, rien n'est définitivement acquis.

Je vous mets le texte en entier, il n'a hélas pas pris une ride, et aurait très bien pu être écrit ce matin. Tout reste vrai, rien n'a changé, mais la force et la motivation des bénévoles non plus, alors on peut, on doit y croire, parce que Coluche y croyait lui.

_________________________________________________

Moi, je file un rancard
A ceux qui n'ont plus rien
Sans idéologie, discours ou baratin
On vous promettra pas
Les toujours du grand soir
Mais juste pour l'hiver
A manger et à boire
A tous les recalés de l'âge et du chômage
Les privés du gâteau, les exclus du partage
Si nous pensons à vous, c'est en fait égoïste
Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

{Refrain}
Aujourd'hui, on n'a plus le droit
Ni d'avoir faim, ni d'avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire
Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du cœur
Aujourd'hui, on n'a plus le droit
Ni d'avoir faim, ni d'avoir froid

Autrefois on gardait toujours une place à table
Une soupe, une chaise, un coin dans l'étable
Aujourd'hui nos paupières et nos portes sont closes
Les autres sont toujours, toujours en overdose
J'ai pas mauvaise conscience, ça m'empêche pas d'dormir
Mais pour tout dire, ça gâche un peu l'goût d'mes plaisirs


C'est pas vraiment ma faute si y en a qui ont faim
Mais ça le deviendrait, si on n'y change rien

{Au refrain}

J'ai pas de solution pour te changer la vie
Mais si je peux t'aider quelques heures, allons-y
Y a bien d'autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd'hui



15:54 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

je vais aprticiper demain à la collect en essayant d'appuyer sur les besoins pour les bb aussi moi aussi je compte sur moi sur eux sur nous! bisous

Écrit par : beedoo2003 | 06/03/2009

Moi, je veux rendre hommage à tous les bénévoles des restos, qui ne comptent pas leur temps!
Tu as raison, aujourd'hui on ne se sent pas concernée, mais on ne sait jamais de quoi demain sera fait!!
A très bientôt!!!

Écrit par : chutney1 | 06/03/2009

Les commentaires sont fermés.