22/04/2009

Quelques nouvelles de ma pensionnaire

Par le biais du forum des zoos dans le monde sur lequel je suis inscrite, un membre (merci Nico) m'a indiquée un forum dédié aux chauves-souris, http://chiroptera.actifforum.com, j'y ai appris pas mal de choses, en premier que c'est un animal protégé, et de ce fait dont le maintien en captivité n'est pas autorisé.

J'ai trouvé aussi des indications pour en prendre soin en attendant de la confier à quelqu'un qui prendrait le relais. Les coordonnées des personnes sont indiquées par région, j'avais mal regardé au départ, pour mon coin le plus proche se trouvait à Bourges, soit 120 km. Beauval n'étant "qu'à" 45 km de chez moi, je les ai contacté pour savoir si je pourrais leur confier, mais ça n'a pas été possible, du fait justement que c'est une espèce protégée, ils n'ont pas le droit de l'accueillir.

Je m'apprêtais à contacter la personne de Bourges quand j'ai vu un bloc plus bas les coordonnées d'une personne située dans mon département (c'est du moi tout craché ça). Je lui ai laissée un message avant-hier, n'ayant pas de réponse je me suis dit qu'elle devait être en vacances, je ne voulais pas que ma pensionnaire meurt de faim en attendant donc je suis quand même allée lui acheter des vers de farine.

pipistrelle_1_090422

Je lui ai donné à boire hier soir, et j'ai déposé trois vers dans la boîte, pensant naïvement qu'elle s'en chargerait. La dame m'a rappelée ce soir, elle est très gentille et sa passion est contagieuse, nous sommes restées au moins une heure au téléphone, je lui ai posée beaucoup de questions. Elle ne peut pas se déplacer en ce moment, alors c'est moi qui vais lui amener demain, elle habite à 50 km.

Elle m'a expliquée qu'il y avait peu de chance que notre hôte ait touché aux vers, car elle ne sait pas ce que c'est , c'est un aliment qui convient bien pour la nourrir en captivité, mais qu'elle ne connait pas dans son régime alimentaire libre, il faut donc l'éduquer à ce nouveau met. Et pour commencer (ames sensibles s'abstenir) couper la tête des vers, puis les presser un peu devant la bouche de l'animal, qui en théorie en redemandera.

Une fois que j'ai eu raccroché je suis allée essayer. J"avais laissé mes gants au grenier, ils ont mal séché et sont devenu raides, j'avais une mauvaise sensation de ma priéhension, j'avais peur de lui faire mal en serrant trop, ça m'a pris le choux je les ai carrément retirés, elle n'est plus agressive et se laisse prendre. Elle a beaucoup bu à la pipette, mais juste têté un peu le premier ver, sans plus, je n'ai pas insisté. Grace à mon interlocutrice, je sais maintenant que j'ai à faire à une femelle, et qu'il serait bon qu'elle ne se réchauffe pas trop pour le moment, afin que les petits ne naissent pas trop tôt.

pipistrelle_2_090422

Quand Loulou premier était en moyenne section de maternelle, ils avaient parlé des pipistrelles, j'avais fait quelques recherches sur elles et appris qu'elles ont un type de fécondation particulier: l'accouplement se passe vers fin août-fin septembre, la femelle garde en elle le sperme avant l'hiver mais la fécondation  à proprement parler est différée en avril. Et si à cette période la nourriture vient à manquer ou alors la température peu favorable, la femelle va maintenir sa léthargie afin de prolonger la gestation jusqu'à une période plus adaptée. A contrario donc, plus elle se remet tôt en activité, plus la  vie en elle "se mettra en route" de bonne bonne heure.

D'après ce que la dame m'en a dit, son aile est bel et bien endommagée, bien que ce soit un doigt qui soit cassé cela compremettra sa faculté à voler. Dans un centre pour chauve-souris, elle serait euthanasiée, la personne à qui je vais la confier s'y refuse et garde quand même ceux qui ne peuvent plus voler, car elles ont encore leur utilité. Ainsi j'ai appris que l'une de ses pensionnaires, appelée Mélanie, remplit consciencieusement son rôle de nurse quand une femelle fatiguée vient de donner naissance à un petit et a besoin de repos. Au lieu de maintenir son corps à 15 degré, elle le monte à 38 et prend le petit sous son aile pour le réchauffer.

pipistrelle_3_090422

Un autre, qui ne peut plus se nourrir seul mais qui vole toujours très bien, remplit la fonction d'instructeur pour apprendre aux jeunes recrues à voler. Dans la nature, les chauves-souris vivent en groupe, un nouveau venu doit se faire accepter pour parvenir à s'y intégrer. La dame se sert de son groupe de permanents pour socialiser les jeunes, qui apprennent déja à se "taper l'incruste" en captivité avant de devoir le faire une fois libéré. 

Elle m'a racontée le cas d'un individu qui illustre très bien cette expression. Un jeune s'est approché du groupe, qui l'a boudé en se déplaçant le premier jour. Le second, même scénario, à la différence qu'une fois que tout le groupe s'est perché en haut de la cage, le jeune est entré dans leur maison, ils n'ont pas voulu redescendre. Le troisième jour, le groupe est à nouveau monté, le jeune a suivi, s'installant à gauche alors que le reste des membres était à droite. Et dans la nuit, pendant qu'ils dormaient, le jeune s'est immiscé au milieu du groupe, quand tout le monde s'est réveillé il a pu y retser.

J'aurais passé des heures à l'écouter tant je trouvais fascinant ce qu'elle me racontait. J'ai hate de la voir demain.

23:09 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : animaux |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.