13/10/2009

Quand j'ai écrit hier soir...

... je pensais que je n'aurais pas le coeur de venir m'exprimer ici pendant quelques temps, en fait non, je préfère rester ouverte. Merci pour vos messages, mais ce n'est pas moi qui ai besoin d'encouragement, de force. Très honnêtement je suis surprise de ma réaction, hier soir j'étais triste, je me disais "non, pas déja, je ne veux pas", et là aujourd'hui, pourtant je sais qu'elle va partir mais j'ai à nouveau la vision de quelqu'un qui fait ses valises pour un long voyage.

Je suis allée la voir à l'hopital après le boulot, comme elle devait passer une radio de son bras dans les heures où je débauchais, je suis restée à mon taf et j'ai bossé sur ses fichiers, j'avais emmené mon ordi portable. Quand je suis arrivée dans la chambre, elle était en train d'apprendre un jeu de carte à son mari. J'ai de la peine pour lui, parce qu'il ne s'exprime pas beaucoup mais il souffre de la situation, évidemment.

Elee n'a plus de chimio, ça ne faisait aucun effet, elle est perfusée et sous morphine afin d'atténuer la douleur, quand elle quittera l'hopital ça sera pour aller dans établissement de soins paliatifs. Elle m'a dit "c'est fini, je sais que je ne rentrerai plus chez moi, je n'ai plus qu'à attendre", mais je ne veux pas l'entendre, je lui ai dit que pour moi elle est encore là, et on a encore du boulot, et on va continuer à bosser.

Et puis elle m'a racontée d'autres aventures passionantes, et je buvais ses paroles, mes bras appuyés sur sa table de lit, ma tête posée dessus. Elle riait parfois de ce qu'elle racontait, et ses mots m'emportaient avec elle sur les quais du port d'Abidjan, dans le restaurant où elle s'est vu servir un plat dont elle n'a jamais identifié le contenu, ou encore à bord d'un avion dans lequel même Indiana Jones aurait refusé de monter.

Je n'ai pas vu le temps passer, c'est l'infirmière qui nous a ramenées à la réalité en entrant pour lui demander ce qu'elle voulait manger. J'avais oublié les perf, les murs blancs, la chambre s'était tapissée d'une épaisse végétation. Avant de partir, je lui ai dit "je reviens jeudi, je vous trouve là, sûr hein?" elle m'a dit oui.

Et puis j'ai eu envie d'aller embrasser mes enfants, alors je suis passée chez mes beaux-parents, tout le monde était à table, je n'ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit j'avais déja un couvert d'installé. Je viens de rentrer, j'ai nourri Capi, je vais le caliner un peu, me vider la tête en finissant de sélectionner des photos que je dois commander deman soir dernier carat, et si j'ai encore un peu de lucidité je rebosse, sinon je me lève de bonne heure demain.

Je repasserai mettre une photo plus tard, là je n'ai rien qui m'inspire. Il me revient une chose qu'une dame m'avait racontée un jour, elle était coiffeuse et une de ses clientes lui parlait de son défunt mari. La coiffeuse lui avait dit "ça a dû être dur pour vous quand il est mort", et la dame lui avait répondue "non, le plus dur aurait été de ne pas le connaitre". C'est exactement ce que je ressens, on n'a pas beaucoup de temps à passer ensemble, une fois elle m'a dit "c'est dommage vous arrivez trop tard, j'aurais pu vous montrer plein de choses", j'ai rigolé en répondant "excusez-moi", mais c'est mieux que de ne pas avoir de temps du tout, je sais déja qu'elle a enrichi ma vie.

______________________________

edit du 14/10

voilà je repasse ce soir pour mettre une photo, je ne veux pas que mon article reste sans couleurs. Je trouve le ciel de plus en plus beau, je ne me lasse pas de regarder le soleil se lever dans mon rétro le matin quand je vais au boulot, et se coucher sur la campagne le soir. ça se passe tous les jours, et pourtant à chaque fois c'est différent, à cause des nuages, de la brume, du temps en général. Cest un fabuleux spectacle dont je veux profiter au maximum, et je pense à elle, en me demandant combien il lui en reste à voir avant d'aller vivre autre chose sous une aure forme. 

Je sais, là c'est une question de croyance propre à chacun, il n'y a de vérité dans le domaine, juste ce qu'elle permet de supporter. Cette conviction m'aide à accepter ce qui arrive, et me donne la force de développer l'énergie nécessaire à l'aboutissement de son dernier projet ici.

090828_

21:05 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

quel beau récit plein d'amour, d'amitié, de tendresse
amicalement
Laura

Écrit par : Laura | 13/10/2009

Les commentaires sont fermés.