22/10/2009

son corps s'est éteint

J'écris, j'efface, je ne sais pas comment vous parler de ce départ, de ce que je ressens. Quand je suis arrivée aujourd'hui dans l'unité de soins paliatifs, elle avait cessé de respirer depuis environ une demi-heure. Avant de descendre de la voiture, j'avais dit tout haut "faites qu'elle aille mieux que mardi, sinon qu'elle soit partie". J'ai frappé à la porte de sa chambre, pas de réponse, j'ai refrappé, et je me suis decidée à entrer. La lumière était éteinte, les volets roulants un peu baissés. Elle était là, allongée dans son lit un peu relevé, le visage détendu. Je me suis approchée doucement, j'ai d'abord cru qu'elle dormait. J'ai cessé de bouger pour écouter sa respiration, aucun bruit, j'ai regardé sa cage thoracique, aucun mouvement.

En me retournant pour sortir, j'ai vu au porte-manteau les vêtements de son mari et de sa soeur, je suis sortie dans le couloir, j'ai fini par trouver une infirmière, je ne savais pas trop comment poser ma question, alors j'ai dit que je venais prendre des nouvelles, elle m'a dit ce que je savais déja. Elle m' a demandée de la suivre pour rencontrer une autre infirmière, en passant devant un bureau ouvert j'ai entendu d'un coup la voix de son mari qui m'appelait, il m'avait vu passer, dès que je suis rentrée il m'a dit "c'est fini".

Une dame très gentille était attablée avec eux, j'ai su après que c'était une bénévole, j'ai trouvé son action très louable. J'ai demandé l'autorisation de retourner seule dans la chambre, et là j'ai pleuré en lui parlant, je lui ai dit qu'elle pouvait compter sur moi pour aller au bout de ce que nous avons commencé ensemble, que je sais que si elle le peut, d'où elle est elle m'aidera dans ce sens; qu'en peu de temps j'ai appris beaucoup à ses côtés. Je lui ai dit que je l'aimais, et que mes enfants m'avaient demandée de lui dire que eux aussi l'aimaient. J'ai posé ma main sur la sienne en lui parlant, sa peau était froide mais j'avais l'impression qu'elle se réchauffait à mon contact, un instant j'ai souhaité qu'elle respire à nouveau, j'aurais voulu avoir le pouvoir de la ramener à la vie en la touchant.

Lundi dernier, j'ai demandé à l'instite de Loulou Premier s'il était d'accord pour lire une de ses histoires en classe et recueillir les réactions des enfants, afin que je puisse présenter un résultat concret sur un "lectorat potentiel" auprès d'un éditeur. Il a accepté, et a fait étudier à sa classe un texte. Il a ensuite demandé aux enfants d'écrire ce qu'ils en pensaient, ce qu'ils avaient aimé ou non, il m'en a fait une copie. J'irai le remercier demain soir à la sortie, parce que je ne pensais pas qu'il consacrerait autant de temps à ce travail, je pensais qu'il leur lirai et leur demanderai leur réaction oralement. 

Les remarques des enfants sont très touchantes. J'avais choisi de leur faire lire celle du renard que Mme Schach a eu lorsqu'elle avait 9 ans. Ils ont tous aimé, mais ils ont tous dit pour le négatif "j'aime pas la fin  quand le renard est tué". Certains ont ajouté en bas "j'aime bien votre histoire madame", et je trouve ça vraiment adorable. Ce n'est pas vraiment le moment, mais je ferai lire ces remarques à son mari un peu plus tard.

Il m'a confiée son dictaphone, deux albums photos concernant certains animaux qu'elle a eus, et deux cahiers sur lesquels elle notait ses observations sur les chauves-souris qu'elle avait en pension. ça prendra le temps qu'il faudra, mais elle sera lue par plein d'enfants, c'est sûr, je lui ai promis.

091016 040

23:10 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Dreamha,

Je suis désolée pour toi de cette histoire. Désolée qu'elle a du prendre fin d'une certaine façon mais je suis certaine que tu vas continuer à la faire vivre ! courage à toi pour ce moment difficile.

Écrit par : Olivia | 23/10/2009

Je suis desolée ma dream' je sais à quel point cette femme était importante à tes yeux j'ai laissé quelques larmes en lisant ces quelques mots parceque je crois qu'elle est partie trop tôt mais je sais que tu sauras transmettre ce qu'elle t'a offert c'est toujours delicat pour moi d'écrire dans ces moments là et en même temps je sais pas pourquoi mais je me suis projetée en te lisant en me voyant à ta place et quelqu'un qui m'est proche à la sienne... en tout cas je te fais plein de bisous je pense bien fort à toi mais je sais que ta vision de la vie et de la mort va t aider à te surpasser encore plus au nom de cette grande dame bisous et desolée de pas passer autant que je le veux mais je suis debordée...Ah j'en profite aussi je vais recevoir mes pass sncf et ma maman veut qu'on aille faire un tour à Tours ;-) je te tiendrais au courant peut etre d'ici la fin d'année

Écrit par : beedoo2003 | 23/10/2009

Les commentaires sont fermés.