17/12/2009

J - 14

et je n'ai qu'une hâte c'est que cette année *//<!!!  se termine. Depuis mon retour au boulot, la tension était constante parce qu'une personne de l'unité m'avait dit que la responsable s'était mise en tête de faire tout pour me faire partir. J'avais des horaires merdiques qui n'étaient pas cohérents avec ma fonction de préparatrice, j'embauchais à 10 heures, et vu qu'une bonne partie de la prépa était faite, pour justifier ma présence dans l'unité je me colletinais du ménage.

Le passage d'un moniteur produit a également créé des tensions du fait qu'il nous a demandés d'appliquer ce qui était marqué dans nos bibles de fabrication, et qu'une fois parti la responsable ne voulait pas appliquer ces règles, je suis la seule à avoir essayé de la contrer, les autres rampaient en disant "c'est elle la responsable, on suit ses ordres". Vu qu'elle part en février, et vu les changements fréquents des hiérarchies placées entre nous "les colaborateurs" (les petits, quoi) et la direction, le seul repère constant étant le- dit  groupe, j'applique les règles d'en haut, parce que pour moi mon employeur c'est lui, pas mon responsable d'unité.

Les choses se sont applanies avec ma responsable lors d'une discussion en présence du nouveau DR et du DDR, et je pensais pouvoir tenir le coup pendant cette période de l'année qui est toujours difficile pour moi nerveusement.

Mais c'était sans compter sur l'agacement permanent que suscite chez moi mon collègue de préparation, on a superman en personne à nos côtés. Il est venu là pour nous sauver, son boulot c'est de remonter le chiffre avec ses petits bras musclés, et puis à l'entendre il sait tout faire, il a tout vu il connait tout sur tout.

Ce qu'il a l'art de faire surtout, c'est de bosser comme un gougnafier, de laisser une chouille pas possible, et c'est bibi qui se tape la merde à nettoyer. Il a connu pas mal d'endroits différents en cuisine, et il a sans doute dû avoir l'habitude de bosser avec un commis, je dirais plutôt un grouillot, je me colletine à enlever les pédoncules des tomates (il est même pas foutu d'appeler ça correctement, pour lui c'est des "cupidons"), à lui couper en rondelle, pour que monsieur n'ait plus qu'à les utiliser. Quand il fait une sauce, il pose sa vaisselle et se casse, c'est à moi de la laver.

Jusqu'ici j'ai essayé de me la fermer, parfois je l'ai un peu recadré, surtout le jour où il m'a dit qu'il était responsable de mon boulot, ce jour-là je lui ai dit "oh redescends sur Terre, t'es préparateur comme moi". C'est la mouche du coche, il veut être partout et il brasse beaucoup d'air, du coup pour le plaquage il oublie souvent de sortir des trucs et c'est moi qui me retrouve emmerdée le samedi matin.On est plusieurs à penser qu'il ne sait pas bien compter, car c'est souvent qu'il ne sort pas le nombre correspondant de produits en,viennoiserie, qui est en multiples de 12. Pourtant à l'entendre c'est un matheux, il adore ça. (c'est d'ailleurs pour ça qu'il a fait au pif une prépa à incorporer dans une salade parce qu'il n'arrivait pas à calculer la correspondance...). Il sort parfois des conneries monumentales, sur les pourcentages par exemple, ou sur le poids des produits. Et puis ça dépasse le stade du boulot, ainsi il soutien que Michael Jackson est passé à Tours (vous saviez pas hein... bah moi non plus... en fait il était en unplugged ce jour-là, il voulait de l'intimité il a fait une toute petite salle). J'essaie de ne pas le contredire dans l'ensemble, je souris complaisamment, et je le laisse à sa connerie.

Certaines prépa peuvent être faites la veille, une organisation était jusqu'ici mise en place pour que je les fasse l'après-midi après le service, le DR souhaite que ce soit revu et que ce soit fait le matin, pour pouvoir en disposer le jour-même en cas de besoin. ça devait être mis en place ce matin, et au moment de m'y mettre j'apprends que superman s'est attribué aussi ce travail, par contre j'avais une tonne de plaques à laver, chose qu'il aurait dû commencer au lieu de me prendre mon boulot, vu que c'est lui qui allait en avoir besoin par la suite.

Déjà hier on a eu pendant un moment à presser le pas, il se vante "bah oui moi j'ai pas les deux pieds dans le même sabot" et je lui demande s'il trouve que c'est mon cas, il ne répond pas. Aujourd'hui il me balance "t'es pas essentielle ici" alors que ce gros *** m'a dit quand je suis revenue début octobre "ah tu m'as manqué, je suis content que tu sois revenue, ça va être plus facile maintenant avec toi". Et des "à ton service" par-ci, des "tiens ma belle" par-là, depuis le temps que ça me gonfle j'ai réussi à lui dire hier que j'ai horreur qu'on m'appelle comme ça, et je lui ai rappelé mon prénom.

Il en fait trop auprès des responsables, une vraie carpette devant eux "on peut faire tout ce que vous voulez, nous sommes ouverts" ou "y a pas de problème, y a que des solutions", il fait de la lèche et des courbettes au point que je le verrais presque s'incliner comme dans les films où on voit les faussement soumis s'applatir à grand coup de "monseigneur". Et à côté de ça il n'est même pas foutu de dire Monsieur quand il parle d'un responsable en son absence, c'est directement le nom de famille. ça parait un détail, mais je considère que c'est un manque de respect envers la personne.

J'ai pété un cable ce matin, je suis arrivée à 9h30, à 10 h je me changeais pour repartir, je n'ai pas réussi à me retenir de pleurer quand j'ai appelé mon toubib pour lui demander si je pouvais passer. Il a doublé les doses de mon traitement, et m'a dit que je suis allée trop près de mes limites, j'ai trop attendu, d'où ce clash. J'arrêtais pas de pleurer ce matin en lui expliquant la situation globale, boulot et perso, il a dit "stop c'est bon là, on n'insiste pas pour le moment", il m'a arrêtée pour trois semaines pour commencer.

En plus, quand je suis sortie de l'unité, il commençait à neiger, ça m'a achevée. Depuis mon accident en janvier 2006, y a rien à faire, je ne peux pas surmonter. En sortant de chez le doc, vu que c'est le bled à côté de celui de mes parents, je me suis arrêtée boire un café, je voulais ensuite retourner à l'unité porter mon arrêt. ça avait continué à bien tomber pendant ce temps,  dans la rue, ma voiture est partie deux fois en crabe, c'est le troittoir qui m'a arrêtée, j'ai fait demi-tour et je suis retournée chez mes parents. Je l'ai laissée là-bas, c'est mon père qui m'a ramenée, je sentais que ça glissait par endroit, j'en avais mal au ventre tellement je sentais mes tripes se serrer.

Arrivée à la maison, j'avais envie de pleurer de toute cette pression. Malgré le chauffage il faisait froid, cette nuit on a dormi enveloppés dans des couvertures polaires en plus de nos couettes. Je suis allée dans la maison d'en face, j'ai redescendu du grenier des couvertures, ma mère m'en a donnée aussi. J'ai branché un second chauffage dans la chambre, mais du coup il faut que je fasse gaffe, parce que je ne dois pas faire une lessive plus un sèche-linge en même temps, sinon les plombs sautent.

Consolation, je suis allée chercher les enfants à l'école, sur le parking on s'est fait une bataille de neige, et après on a fait un gros bonhomme. On l'a laissé dans la rue, en face la boulangerie sur la place près de la rue principale, je l'ai pris en photo, au cas où demain il aurait fondu. Les enfants étaient très fiers, voyez plutôt:

bonhomme_neige_091217 002

21:03 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : travail |  Facebook |

Commentaires

bon commençons par le bonhomme de neige trés impressionnant!Pour le boulot mais c'est pas possible de bosser comme ça avec des c%%% pareil! j ai connu ça quand je bossais en savoie j avais craqué au bout de 2 mois!Je comprends que tu n aimes pas cette période moi non plus en plus la neige m'amene un stress terrible et bousille le peu d'organisation que j'ai puffffffff reposes toi un peu et essayes de ne plus penser au boulot profite de tes loulous j'espere que vous n avez pas trop froid quand meme ! nous on a plus de bois il va falloir attendre mercredi et le chauffage fonctionne mais on peut pas trop tirer dessus car il y a une pièce a changé! et depuis qu on a fait les combles et comme on a pas installé encore le chauffage bah lefroid descend enfin c comme ça plein de bisous prends soin de toi

Écrit par : beedoo2003 | 18/12/2009

Super le bonhomme de neige!!! Moi, j'adore les paysages sous la neige, cette impression de silence, d'immensité. C'est vraiment magnifique!!! Par chez moi, il ne neige jamais (je vis dans le Sud), et heureusement sinon c'est la catastrophe. Pour le boulot, hélas, tu ne peux rien faire à part supporter. Bon week-end!

Écrit par : chutney1 | 19/12/2009

y sont tout mimi les petits et tout gelé aussi mais c'est des bonnes bouilles ah ici en suisse la neige gelé sur la route c'est dure de rouler
courage pour le travail et bonne fêtes avec vos petiots ils sont de petits soleils dans vôtres vie.

Écrit par : isabelle | 21/12/2009

un petit passage pour te souhaite de bonnes fêtes un joyeux noyel à tes enfants et plein de sérénité pour toi ...de 2009 ne regrettons rien, l'avenir se surmonte aussi regardons 2010 avec espoir

Écrit par : beedoo2003 | 24/12/2009

Les commentaires sont fermés.