15/06/2010

Que du bon

Je vis en ce moment des choses très fortes, des rencontres qui tombent à pic dans ce tournant que prend ma vie. Je ne détaillerai pas trop ici, mais des portes m'ont été ouvertes qui m'oint permises de trouver ma finalité professionnelle, tout reste à faire, mais je vais enfin avoir une action qui me tient à coeur en gagnant ma vie sans avoir l'impression de travailler. Et j'y réaliserai ce que je voulais faire lorsque j'étais enfant, c'est tout simplement génial.

Je suis toujours en arrêt maladie, jusqu'au 30 juin, date à laquelle je serai limbérée de tout engagement avec mon employeur. En attendant, je me rends disponible en tant que bénévole pour des assos. Pour la fête des mères je suis allée emballer des cadeaux au magasin Nature et Découverte, au profit de l'association Carimbo, dont je vous ai déja parlés. Une personne du secteur bien-être m'a expliquée des choses très intéressantes sur les huiles essentielles, et m'a donnée également le nom d'un produit qui a les mêmes effet que mon antidepresseur, l'accoutumance en moins, il est utilisé pour procéder au sevrage du traitement.

bvl_100609_les_3_

Pour Carimbo, j'étais également présente dimanche sur un stand de vide-grenier, et là encore j'ai eu l'occasion au cours de la journée de discuter avec une personne très sympa, on était vraiment sur la même longueur d'onde.

Tous les samedis soirs de ce mois de juin, je suis bénévole au parc de Beauval, à l'occasion des nocturnes organisées pour célébrer le 30ème anniversaire du zoo. Je suis très heureuse de pouvoir participer à l'évènement en passant "de l'autre côté". Nous sommes 3 ou 4 selon les soirs au stand, nous réalisons des maquillages, l'argent collecté est destiné à l'association de Beauval. L'ambiance est très sympa, et c'est vriament un plaisir pour moi de m'impliquer de façon concrète, je n'ai pas forcément d'argent à donner mais je donne mon temps pour en collecter, ça me va très bien.

Et puis ça permet de voir le parc autrement. Les serres restent ouvertes très tard le soir, ce qui m'a permis samedi dernier de vivre un peu de ce qui ne sera pas réalisable autrement. En effet, j'aimerais passer la nuit sur un banc, dans la serre des orang-outans, me fondre à l'environnement, juste pour être près d'eux. Evidemment, je ne pourrai jamais, pour des raisons de sécurité.

bvl_100609_malice_papillon_

Samedi dernier, après avoir rangé notre stand et avoir mangé, j'ai demandé si je pouvais aller faire un tour, il n'y avait plus de visiteurs, et les soigneurs mangeaient. Je suis entrée dans la serre, tout était éteint, il y avait le bruit des grillons (un groupe s'est échappé du pole alimentaire prévu pour le vivarium et s'est installé dans toute la serre). Pas un mouvement, bi chez les petits singes, ni chez les orang. De temps en temps des cris chez les chimpanzés, et le calme revenait. Je me suis assise sur un banc, et je suis retsée là dans la pénombre, j'ai adoré ces instants.

Mandy devait partir mercredi, quand j'y suis allée elle était en caisse prête pour sa migration vers un autre zoo, et finalement elle va retser encore un peu dans le parc. Je l'ai appris quand j'ai demandé à aller me balader samedi soir, j'en avais le coeur qui battait fort. Pour l'appeler, je tape doucement ma médaille sur la vitre, mais là elle dormait profondément, je n'ai pas voulu la réveiller. J'y vais jeudi, j'espère que je pourrai la voir.

Je suis ensuite allée faire un tour dans la serre des lamantins, en entrant côté gorilles. Ils dormaient tous, je ne suis pas restée devant, car il y avait plus de lumière que dans l'autre serre, et je ne voulais pas qu'ils se sentent dérangés si par exemple ils avaient ouvert à demi les yeux.

bvl_100612_
premier essai d'élephant, j'ai servi de cobaye

J'ai continué jusqu'aux lamantins, j'ai été très surprise de leur vivacité. D'ordinaire ils ont des déplacements très lents, descendant au fond de l'eau et remontant pour faire le plein d'air. Mais là, rien à voir. Un mâle était particulirement actif, descendant à la verticale, le corps très contracté lui donnait une forme incurvée; il pivotait sur place, ses mouvement sde nageoires étaient très précis, c'était fascinant d'observer la maitrise de ses déplacements. Et puis il est venu s'allonger en sens inverse sur une femelle, ils se maintenaient l'un l'autre, et j'ai assisté à un accouplement.

Jusqu'ici je m'étais toujours demandée commant cela se passait, je gardais en souvenir des descriptions fans un livre de Robert Merle,"un animal doué de raison",  à propos de l'accouplement des dauphins, qui disait à peu près ceci "imaginez-vous dans l'eau, devoir maintenir un contact avec un corps en n'ayant pas de main pour se tenir". J'avais visualisé le même type de difficulté pour les lamantins, mais j'ai pu voir qu'ils ont trouvé la technique, d'ailleurs contrairement aus dauphins, ils ont plus de mobilité dans les nageoires dont le nom m'échappe à l'instant, enfin bref celles qu'on peut assimiler à nos bras quoi.

Il est intéressant aussi de se promener dans les allées, dans le noir, de voir qui dort et qui ne dort pas. C'est une autre vision du parc, et franchement, j'adore.

Les commentaires sont fermés.