05/09/2011

C'est la rentrée!!!

... et une nouvelle aventure pour nous. L'école à la maison, ça fait longtemps que j'en parle, et là j'ai décidé de franchir le pas. Il y a les pour, il y a les contre, et bien que ce soit un droit, un organisme a décidé que je n'agissais pas au mieux des intérêts des enfants... Sauf que c'est moi qui vis au quotidien avec eux, qui vois les conséquences de l'école, bonnes ou mauvaises. Et quand je m'insurge contre le comportement de certains enfants, j'ai en réponse "oui mais vous savez Madame, l'école c'est l'apprentissage de la vie, la société est comme ça ". Objection votre honneur, la société est comme ça si on accepte qu'elle le soit.

Pour reprendre Coluche dans "Deux heures moins le quart avant Jésus Christ", 'César ne serait pas un loup si les romains n'étaient pas des agneaux'. La loi du plus fort, de la majorité, ça m'a toujours saoulée. Je ne pars en guerre contre personne, simplement ce qu'on me propose pour éduquer mes enfants ne me convient plus actuellement. J'ai dû argumenter pour expliquer ce qui a motivé ma décision, j'ai eu en écho "pourquoi ne pas changer d'école? Et si l'échec scolaire est avéré, alors là vous pourrez toujours prendre cette option". Ben non, je ne joue pas la scolarité de mes enfants comme une expérimentation de labo. J'ai l'impression de devoir démontrer scientifiquement un phénomène dont j'ai eu l'intuition. Alors je montre les dents et je remonte les manches, parce que je m'attends à devoir expliquer tout ça à nouveau devant des "autorités compétentes" (ceux qui savent mieux que vous comment vous devez vivre... heum).

Il y a 4 ans, j'avais été en colère de me trouver confrontée à une telle situation, un formatage démesuré, j'avais eu peur aussi. Pour me défendre je n'avais que ma sincérité et ma conviction d'avoir le droit de choisir librement de mon mode de vie, j'avais eu gain de cause et obtenu un non-lieu définitif. Je mesure le chemin parcouru depuis ce temps, mon évolution, car devant la situation actuelle qui semble se dessiner vers le même lieu d'argumentation, je n'ai pas peur, et la colère n'est pas là non plus, juste l'évidence de pouvoir exercer mes droits. J'entends souvent déplorer qu'il y a des parents démissionaires, qui confient l'éducation de leurs enfants à des institutions, qu'ils vont dégommer et tenir pour seuls responsables en cas d'échec. Je fais le choix de m'investir pleinement pour les miens, de prendre la situation à bras le corps pour prodiguer à chacun de mes 3 schtroumpfs l'enseignement qui lui convient, et ça froisse... (c'est qu'il y a des règles, si on trace des routes, qu'on pose des rails, ce n'est pas pour passer dans les champs vous comprenez...)

Enfin bref, pour le moment je n'y vois que des avantages: pas de transport scolaire, pas de cantine, pas de fournitures scolaires spécifiques, pas de cartable, pas de paires de chaussures en double pour l'intérieur et l'extérieur... Pas d'insultes, pas de conflit avec les autres (et j'espère la fin des crachats sur notre porte, mais vu que maintenant je sais qui c'est, même si ça reprend ça ne va pas durer longtemps). Un temps riche pour chacun, la possibilité pour eux de poser plein de questions et de satisfaire leur (balaise) curiosité. Une école sans mur, sans lieu défini, pour prendre conscience que l'apprentissage est partout, à chaque interaction avec ce qui nous entoure, dans l'enceinte d'une école ou en voyageant, en se promenant, en rencontrant des gens de tous horizons. La richesse vient de l'ouverture.

Bon il faut quand même un peu de cadre, la liberté d'apprendre s'accompagne malgré tout d'un minimum de rigueur, ça c'est en musique que je l'ai appris. Aujourd'hui, premier jour oblige, je leur ai présentés la façon dont les cours allaient se dérouler. Forcément, avec trois niveaux différents (CE2, CM2 et 5ème), il va falloir jongler un peu, mais il y aura malgré tout des cours dispensés aux trois, c'est simplement le résultat final qui sera différent selon les niveaux. Ils étaient emballés, plusieurs fois dans la journée ils m'ont dit  "je préfère être ici qu'à l'école".

Au programme, adapté à chaque niveau:

- français: orthographe, grammaire, conjugaison, étymologie, lecture, poésie, production d'écrit

- mathématiques: géométrie, calcul mental, arithmétique, unités de mesures

- histoire géographie: cours théorique, constitution de dossiers en communs, ou de l'un pour faire un exposé aux deux autres, visites de sites (chateaux entre autre) pour avoir un repère matériel des apprentissages

- en langue vivante, ils sont tous à l'anglais, à différents niveaux, donc je poursuis l'apprentissage pour chacun, et démarre pour tous l'allemand

- l'ainé aura du latin, si les deux plus jeunes accrochent ils survoleront le cours pour avoir des notions de base

- les cours de SVT et technologie auront des parties théoriques et pratiques, avec deux projets de constructions en techno, qui se dérouleront en plusieurs étapes et s'échelonneront sur l'année

- pour l'éducation physique, natation toutes les semaines, marche au moins 3 fois par semaine, gymnastique au sol, initiation au karaté, Tai chi Chuan et Yoga, et des cessions de cross

- l'art plastique se fera au travers du dessin, de la peinture, du collage de différents matériaux ensemble, du modelage, mais aussi de l'étude d'oeuvres, de styles, de visites de musées. Je vais les initier également aux travaux graphiques assisté par ordinateur, avec réalisation d'amalgame de plusieurs photos et retouche d'image

- pour la musique, l'étude d'oeuvres, de certains compositeurs, grâce au net il est possible d'accéder à une foule de morceaux. A ceci s'ajoute le solfège, le chant (ils ont insisté sur cet aspect), et l'initiation à un instrument (piano ou batterie au choix) que je leur ferai indépendamment des cours que nous suivrons à l'école de musique, violon pour la plus jeune, et batucada pour nous tous (+ chorale pour moi)

Au cours de l'année, à mesure des apprentissages nous concevrons une frise chronologique qui considérera chaque période selon une approche littéraire, artistique (peinture et sculpture) et musicale.

- instruction civique et vie de classe: ça fait sourire, alors disons "vie en communiauté", ou comment se respecter les uns les autres, dans les prises de paroles et malgré les divergences d'opinion, élaborer un rythme de travail et s'y tenir, réaliser un travail en commun.

En complément de tout ça, toujours nos visites régulières au zoo de Beauval (avec sans doute de temps en temps un petit compte-rendu écrit à produire) visites de chateaux et musées, sortie sur Paris, Nantes, Besançon. Hors frontière, en Belgique, au Luxembourg, et peut-être en Suisse si le projet se confirme. Les voyages seront l'occasion également d'élaborer les itinéraires sur la carte, d'étudier les échelles et les légendes.

Voilà, je pense avoir fait le tour, on est tous super motivés!!! A suivre...


 

Les commentaires sont fermés.