08/08/2012

La saison des maïs

Parmi les secteurs qui proposent des jobs en été se trouve celui du maïs. C'est le seul domaine qui embauche à partir de 16 ans, qu'on se le dise!! Les candidatures doivent être présentées en mars-avril pour l'été suivant.

C'est le second été que je me trouve dans ce circuit, et je vais vous présenter un peu cette partie spécifique du maïs. Les cultures réalisées ici ont pour but de croiser entre elles différentes variétés afin d'obtenir les meileures caractéristiques possibles. Par exemple, une espèce résistante au vent mais peu productive croisée avec une espèce productive mais peu résistante au vent pourra donner une espèce hybride résistante au vent et productive. J'insiste sur le "pourra donner", car tant que le croisement n'a pas été testé, rien n'est sûr.

Mais avant de continuer, je vais vous présenter un peu le maïs, qui à mes yeux est vraiment une plante fascinante. Sa grande quantité de feuilles implique de grands échanges par voie de photosynthèse et donc un booste d'oxygénation pour le secteur cultivé.

C'est une plante autofécondante, qui contient à la fois la partie mâle et la partie femelle.

2012_07_ 097.jpg

Progression du panicule

Au cours de l'évolution de la plante, la partie mâle, appelée un panicule, va se développer et sortir progressivement du haut de la plante, jusqu'à s'ouvrir en plusieurs brins chargés d'étamines (sacs de pollen). En même temps, sur la partie basse de la plante, la floraison se manifeste par la présence de soies, qui capteront le pollen lorsqu'il tombera, et permettront la fécondation de la plante, pour donner un épi de maïs.

2012_07_ mais_male_femelle.jpg

Pied de maïs présentants parties mâle et femelle en cours de maturité

C'est le vent qui va représenter le meilleur facteur de pollénisation, étant responsable d'environ 90 % de la fécondation, par rapport à la simple chute du pollen sur les soies en applomb. En clair, cela signifie q'un pied ne sera pas assurément fécondé par ses propres petites graines, mais au moins celles du voisin. Il peut recevoir le pollen jusqu'à 500 m à la ronde.


Pour permettre le croisement de variétés entre elles, le panicule de rangs choisis est retiré dès qu'il commence à être palpable, afin d'empecher l'autofécondation de la plante. C'est l'étape de castration. Il faut passer tous les jours dans le champ, et retirer les panicules à mesure qu'ils sortent. Les rangs castrés sont appelés des rangs femelles.

Les autres rangs dont le panicule a été laissé sont dits "mâles" (en fait, ils sont complets).

Les champs sont semés de façon à constituer une alternance entre les rangs mâles (2 rangs) et les femelles (4 rangs). Les rangs mâles font toutes la longueur du champs, pour les femelles les rangs font entre 10 et30 pieds, ce qui permet de tester beaucoup de croisements sur une même parcelle.

Lorsque les rangs femelles ont été fécondés, les rangs mâles sont supprimés de la parcelle, afin d'optimiser le développement des pieds restants. Ci-dessous, une photo satellite d'un champ:

 champs_mais_athee 02.jpg

Les carrés correspondent à des secteurs de rangs femelles, les grandes allées d'un bout à l'autre du champ étaient constituées avant arrachage des rangs mâles.

Un travail minutieux entoure ce genre de culture, bien sûr au moment de la castration mais aussi en amont, lors de la préparation des semences pour les rangs, et lors du semis à proprement parler.

 2011_05_27_semis_mais_amalg.jpg

A gauche, les semences des variétés dont déposées dans des casiers, chacun correspondant à un rang.

A droite, n°1 une rangée de 4 casiers ( un carré de semis), les couvercles seront enlevés automatiquement par la machine, le tracteur va effectuer le semis des 4 rangs simultanément (n°2), courant mai. Photo n°3, deuxième moitié de juillet, les rangs femelles en croissance.
Les rangs mâles sont semés de façon à murir en décalé, afin d'élargir la période de fécondation des femelles.

La première fois que j'ai travaillé aux maïs, je faisais de la castration. Cette année mon travail est différent, je dois passer dans les champs pour noter la date de floraison de chaque rang. Ce n'est pas compliqué en soi, il suffit de passer, constater ou non la floraison, et de la noter. La difficulté réside dans le fait qu'il faut beaucoup marcher.

Ci-dessous en jaune le trajet à effectuer pour les notations.

 champs_mais_athee_chemin_notation.jpg

Ensuite?

Il y aura la récolte manuelle en octobre, le produit de chaque rang est mis dans un sac spécifique, étiqueté, contrôlé, afin d'évaluer si oui ou non le croisement donne le résultat escompté.

Les semences qualifiées en fin de ce cycle serviront à semer l'année suivante des champs afin de produire les semences vendues aux agriculteurs pour encore l'année d'après.

Les commentaires sont fermés.