15/06/2010

Que du bon

Je vis en ce moment des choses très fortes, des rencontres qui tombent à pic dans ce tournant que prend ma vie. Je ne détaillerai pas trop ici, mais des portes m'ont été ouvertes qui m'oint permises de trouver ma finalité professionnelle, tout reste à faire, mais je vais enfin avoir une action qui me tient à coeur en gagnant ma vie sans avoir l'impression de travailler. Et j'y réaliserai ce que je voulais faire lorsque j'étais enfant, c'est tout simplement génial.

Je suis toujours en arrêt maladie, jusqu'au 30 juin, date à laquelle je serai limbérée de tout engagement avec mon employeur. En attendant, je me rends disponible en tant que bénévole pour des assos. Pour la fête des mères je suis allée emballer des cadeaux au magasin Nature et Découverte, au profit de l'association Carimbo, dont je vous ai déja parlés. Une personne du secteur bien-être m'a expliquée des choses très intéressantes sur les huiles essentielles, et m'a donnée également le nom d'un produit qui a les mêmes effet que mon antidepresseur, l'accoutumance en moins, il est utilisé pour procéder au sevrage du traitement.

bvl_100609_les_3_

Pour Carimbo, j'étais également présente dimanche sur un stand de vide-grenier, et là encore j'ai eu l'occasion au cours de la journée de discuter avec une personne très sympa, on était vraiment sur la même longueur d'onde.

Tous les samedis soirs de ce mois de juin, je suis bénévole au parc de Beauval, à l'occasion des nocturnes organisées pour célébrer le 30ème anniversaire du zoo. Je suis très heureuse de pouvoir participer à l'évènement en passant "de l'autre côté". Nous sommes 3 ou 4 selon les soirs au stand, nous réalisons des maquillages, l'argent collecté est destiné à l'association de Beauval. L'ambiance est très sympa, et c'est vriament un plaisir pour moi de m'impliquer de façon concrète, je n'ai pas forcément d'argent à donner mais je donne mon temps pour en collecter, ça me va très bien.

Et puis ça permet de voir le parc autrement. Les serres restent ouvertes très tard le soir, ce qui m'a permis samedi dernier de vivre un peu de ce qui ne sera pas réalisable autrement. En effet, j'aimerais passer la nuit sur un banc, dans la serre des orang-outans, me fondre à l'environnement, juste pour être près d'eux. Evidemment, je ne pourrai jamais, pour des raisons de sécurité.

bvl_100609_malice_papillon_

Samedi dernier, après avoir rangé notre stand et avoir mangé, j'ai demandé si je pouvais aller faire un tour, il n'y avait plus de visiteurs, et les soigneurs mangeaient. Je suis entrée dans la serre, tout était éteint, il y avait le bruit des grillons (un groupe s'est échappé du pole alimentaire prévu pour le vivarium et s'est installé dans toute la serre). Pas un mouvement, bi chez les petits singes, ni chez les orang. De temps en temps des cris chez les chimpanzés, et le calme revenait. Je me suis assise sur un banc, et je suis retsée là dans la pénombre, j'ai adoré ces instants.

Mandy devait partir mercredi, quand j'y suis allée elle était en caisse prête pour sa migration vers un autre zoo, et finalement elle va retser encore un peu dans le parc. Je l'ai appris quand j'ai demandé à aller me balader samedi soir, j'en avais le coeur qui battait fort. Pour l'appeler, je tape doucement ma médaille sur la vitre, mais là elle dormait profondément, je n'ai pas voulu la réveiller. J'y vais jeudi, j'espère que je pourrai la voir.

Je suis ensuite allée faire un tour dans la serre des lamantins, en entrant côté gorilles. Ils dormaient tous, je ne suis pas restée devant, car il y avait plus de lumière que dans l'autre serre, et je ne voulais pas qu'ils se sentent dérangés si par exemple ils avaient ouvert à demi les yeux.

bvl_100612_
premier essai d'élephant, j'ai servi de cobaye

J'ai continué jusqu'aux lamantins, j'ai été très surprise de leur vivacité. D'ordinaire ils ont des déplacements très lents, descendant au fond de l'eau et remontant pour faire le plein d'air. Mais là, rien à voir. Un mâle était particulirement actif, descendant à la verticale, le corps très contracté lui donnait une forme incurvée; il pivotait sur place, ses mouvement sde nageoires étaient très précis, c'était fascinant d'observer la maitrise de ses déplacements. Et puis il est venu s'allonger en sens inverse sur une femelle, ils se maintenaient l'un l'autre, et j'ai assisté à un accouplement.

Jusqu'ici je m'étais toujours demandée commant cela se passait, je gardais en souvenir des descriptions fans un livre de Robert Merle,"un animal doué de raison",  à propos de l'accouplement des dauphins, qui disait à peu près ceci "imaginez-vous dans l'eau, devoir maintenir un contact avec un corps en n'ayant pas de main pour se tenir". J'avais visualisé le même type de difficulté pour les lamantins, mais j'ai pu voir qu'ils ont trouvé la technique, d'ailleurs contrairement aus dauphins, ils ont plus de mobilité dans les nageoires dont le nom m'échappe à l'instant, enfin bref celles qu'on peut assimiler à nos bras quoi.

Il est intéressant aussi de se promener dans les allées, dans le noir, de voir qui dort et qui ne dort pas. C'est une autre vision du parc, et franchement, j'adore.

04/02/2010

Une bouffée d'oxygène

BVL_100203_S1 flamands_roses

Nous en avions grand besoin, malheureusement nous n'avons pas pu aller à Beauval depuis le 11 novembre, soit pour une question de temps, enfin de météo, soit pour une question d'emploi du temps. Après une tentative avortée mercredi dernier nous avons quand même pu y aller aujourd'hui, mais nous devions être rentrés pour le cours de théatre de loulou deuxième à 15h30.

BVL_100203_L dendrobate
Dendrobate

C'était quand même très appréciable, d'autant que nous avons eu un comité d'accueil bien sympathique dans la serre aux oiseaux. J'étais aux abords de la cage de Red-eye, j'ai commencé à faire mon sifflement qu'il reconnait, mais en ce moment c'est la période des amours, alors il est venu brièvement mais il avait la tête ailleurs.

BVL_100203_S1 _redeye
Red-eye occupé avec sa belle

Par contre j'ai senti quelque chose se poser sur mon sac à dos puis me grimper sur l'épaule.

BVL_100203_S2 comite_d_accueil_1

une drôle de rencontre...

BVL_100203_S1 L

... pour des moments que nous n'oublierons pas

Les enfants rigolaient, ça m'amusait de voir qu'un oiseau soit venu spontanément se poser, j'ai reconnu l'individu que Miss Malice avait repéré au sol lors de notre dernière visite, nous nous étions même  alors demandées s'il n'était pas malade. Nous avons passé un long moment avec lui, il était vraiment très convivial et curieux, il a fouillé un peu dans le sac de la miss.

BVL_100203_S2 comite_d_accueil_2

Pendant qu'il était sur mon épaule, un lori (pas sûre) est venu se percher sur ma tête, je me suis dit "décidément c'est mon jour, je dois vraiment être coiffée comme un arbre", enfin je sais pas, on se pose des questions dans ces cas-là... Je le sentais qui glissait vers mon front, j'ai voulu l'aider à se redresser un peu, et lui a voulu prendre appui sur mes doigts avec son bec, et aïe quand même, ça pince fort.

BVL_100203_visite_guidee_1
visite guidée

Enfin ça ne l'a pas gêné plus que ça, quand il a eu trouvé son équilibre il est resté un moment sur ma tête, à pousser des cris stridents en battant de temps en temps des ailes, ça faisait de l'air frais c'était marrant. Et puis il est parti... et puis il est revenu, sur mon épaule, j'avais l'impression d'avoir un guide personnel qui me faisait faire le tour du propriétaire. 

BVL_100203_S1 vautour
 vautour

BVL_100203_L_pyg_tet_blanch
Pygargue à tête blanche


On a aperçu un soigneur, on avait encore l'autre oiseau (dont j'ai oublié le nom) avec nous, et on lui a demandé si la situation était normale, d'autant que l'oiseau en question était fortement déplumé sur la tête. En fait il a été élevé à la main, et au moment de l'intégrer auprès de ses congénères, ceux-ci n'en ont pas voulu et le lui ont fait savoir. Donc il restera dans la serre des oiseaux, alors que les autres ont un enclos spécifique.

BVL_100203_S1 chouettes_lapones
Chouettes lapones

Pendant que le soigneur nous parlait, l'autre rouge est venu se percher sur son épaule, lui a caressé la joue du bec puis est reparti. Le soigneur voit en fait d'un mauvais oeil que les oiseaux se posent spontanément sur les gens, pas par rapport à nous mais il redoute en période de forte affluence comme en été que les oiseaux soient malmenés par les visiteurs. C'est malheureusemnt à redouter.  Il envisage de les mettre dans une volière pour les protéger s'il voit que ça craint trop pour eux. En tout cas nous étions ravis de faire ces deux rencontres.

BVL_100203_S1 aigle_steller
Pygargue de steller

Le parc était désert et c'était bien agréable, nous avons vu un porc-épic ronger un morceau de bois, j'ai pu le filmer et entendre le bruit de ses dents sur le tronc sans le moindre son humain, cris, rires, ou commentaires. Les loulous n'ont pas toujours été très sages lors de la journée, mais là je leur avais demandés du silence et ils ont respecté, c'est cool.

BVL_100203_S1 porc_epic
Porc-épic

Un couple d'otaries était en parade amoureuse, nous avons passé un moment à les regarder se tourner autour, pendant que Mira se faisait tranquillement sécher au soleil.

BVL_100203_S2 black

Black

BVL_100203_S2 mira
Mira, un bain de soleil entre deux eaux

Et puis bien sûr un tour chez les orang-outangs, j'étais très contente de les revoir. Manis et Janah pouponnent leurs bébés, Sully et Bayu ont grandi, je trouve qu'ils ont beaucoup changé en trois mois, leur visage s'est allongé.

BVL_100203_S3 janah_belayan

Janah et Belayan, qui a 4 mois et demi

BVL_100203_S3 manis_dayak
Manis et Dayak, qui aura déja un an le 4 mars prochain

Mandy n'a toujours pas été transférée, elle était sous un amas de paille dans la loge de nuit, je l'ai appelée elle est venue la vitre, nous sommes restées un moment à nous regarder et à nous nous faire des grimaces. Elles se collait de temps en temps à la vitre, c'est bête il n'y a pas de petits trous sur les côtés, on n'a pas pu se passer une brindille. Aujourd'hui c'est Bayu qui a joué avec moi à "la soufflette". Et c'était déja héla le moment de rentrer. Mais on y retourne dimanche, je ne veux plus rester aussi longtemps sans y aller. J'essaie de vous faire un montage video pour demain, mais le programme que j'utilise n'arrête pas de planter, je suis un peu juste en mémoire il va falloir que je déleste sur mon disque dur externe. 

A suivre donc...

BVL_100203_S3 bb_jaguar

Les petits derniers des jaguars, nés le 24 novembre

BVL_100203_S1 jaguar

Jaguar adulte

BVL_100203_S1 hyene

Hyène tachetée

BVL_100203_S1 H
Miss Malice, que l'on dit grande pour son age,

c'est vous dire la taille de la statue ;-)

09/10/2009

comme dans un train

Lors de mes premiers cours de science-physique (houla, bah vi c'est pas tout jeune hein...), je me souviens qu'on nous enseignait les notions de systèmes, de référence, et que les déplacements d'objets étaient toujours en fonction de ce qui les entourait. L'exemple cité à tous les coups était celui du passager assis dans le compartiment du train. Selon la façon dont il était considéré, le passager pouvait être en mouvement, si on l'intégrait au système "train", ou immobile d'un point de vue individuel.

Je ne critiquerai pas cette comparaison, la preuve je la ressors aujourd'hui de ma mémoire pour vous expliquer ec que je ressens. Disons que contrairement au passager assis, je suis peut-être debout dans le wagon, et je me déplace, mais pas à la vitesse du train. C'est ainsi que je l'ai l'impression qu'autour de moi tout va très vite (trop?) et que je chemine à ma vitesse, avec mes envies, mes besoins.

091003003
En chemin samedi soir, je n'ai pas pu résister je me suis

arrêtée sur une aire de repos pour photographier le ciel

J'ai repris le boulot mardi, aux heures habituelles, 9-15, et je ne suis plus en vacances la semaine prochaine. Durant mon absence, il y a eu des changements, je ne tire aucune conclusion, positive ou négative, j'attends. Je me suis fixée une ligne de conduite, je fais mon boulot du mieux que je peux, la seule différence avec l'année dernière, ce que j'avais déja appliqué depuis mon retour en mai, c'est que je ne déborde plus côté horaire.

Mr Schach s'informant au cours d'une de nos conversations de ma profession m'avait dit en conclusion "en somme vous êtes 'casse-croutière' quoi", ça m'avait fait sourire. Alors en casse-croutière digne de ce nom, je continue de préparer les sandwichs et les salades avec le même soin que si c'était moi qui allais les manger, j'y mets du coeur, parce que deux personnes dont j'ai la chance de recevoir les enseignements m'ont confirmé que ça faisait une différence, et je me sens bien de bosser ainsi.

Paradoxalement avec ce qui s'est passé autour de l'école et des services sociaux, je n'ai jamais été autant tournée vers les autres, et chaque fois que je suis dans l'échange je me sens nourrie. Je reçois ce qu'on me donne, mais j'ai besoin de donner en retour, non pas parce que je me sens redevable, mais simplement parce que je sens que je peux aussi donner quelque chose.

Par exemple, dans le courant du mois de septembre dans un village voisin il y avait un fête annuelle, on y jouait à deux reprises avec la batucada, et entre les deux nous nous sommes baladés avec les enfants aux différents stands. A l'un d'entre eux, des dames nous montraient comment faire de schapeaux de samouraïs en origami, je l'ai sur mon bouquin mais je ne m'y suis jamais attelée. J'ai appris, en même temps que miss Malice, qui a évoqué les grenouilles, à cause d'une partie assez mémorable an attendant chez le médecin, je vous raconterai. Les dames avaient oublié comment on les faisait, alors je leur ai appris, et tout le monde était content, mois avec mon chapeau, elles avec leurs grenouilles.

Il y a 15 jours à Beauval une dame a engagé la conversation avec moi près des orang-outans, me confiant qu'elle avait peur des petits singes suite à une mésaventure qui lui était arrivée l'an passé à Gibraltar, un petit phénomène en liberté lui avait sauté dessus, volé son chapeau et fait des lambeaux de son foulard. Je lui ai parlé des ouistitis en liberté dans la serre des gorilles, et que ce serait peut-être pour elle l'occasion de tirer un trait sur cette mauvaise histoire.

Je la sentais hésitante, je lui ai proposée de l'accompagner, elle a accepté. pas de bol, pour une fois je ne les ai pas trouvés, ils avaient changé de coin, elle était presque déçue, mais je lui ai dit qu'au moins elle avait été prête à le faire, c'était déja un grand pas de franchi. Nous avons encore bavardé un peu et puis j'ai dû partir pour récupérer les enfants à l'école.

091003 007
Tandis que je photographiais le soleil couchant, la lune se levait 

dans mon dos

Dimanche dernier, puisque je revenais de Bourges je ne pouvais pas ne pas m'arrêter, d'autant plus que j'ai su la semaine dernière que Mandy, la plus grande des jeunes orang, va partir bientôt. Eh oui mademoiselle est devenue grande maintenant, elle ne peut plus rester dans le groupe, elle devenue aux yeux de son père une femelle potentielle, ce qui évidemment ne doit pas se faire, dans le soucis de conserver un génome sain de l'espèce.

ça m'a fait de la peine de l'apprendre, j'espérais avoir encore un peu de temps pour le regarder grandir, avoir l'occasion de rejouer avec elle. Je savais que ça ne tarferait quand même plus trop maintenant, sa morphologie avait beaucoup changé en peu de temps, mais là, de la voir isolée, c'est iminent. N'ayant pas vu ce jour-là de soigneur dans les parages, je suis allée me renseigner entre les deux spectacles, c'était le directeur qui en assurait l'animation. ma tristesse a dû se voir, car au moment où je redescendais les marches il m'a confiée une nouvelle qui n'est pas encore officialisée, et dont évidemment je ne parlerais pas plus en détail, par respect pour la confiance qu'il m'a accordée. ça m'a beaucoup touchée. 

Bref, je suis passée dimanche, dans l'espoir que Mandy soit toujours là, et que je puisse encore la voir un peu. C'était le cas. J'ai passé beaucoup de temps là-bas, ainsi qu'aux gorilles, les trois petites femelles étaient déchainées, c'était un régal de les voir se chahuter, à deux, à trois, roule-boule, une pause, toc je tape dans le dos et je me barre. Asato les regardait, placide, assis et penché sur ses avants-bras, son dos offrait ainsi un toboggan de premier choix. En tout cas c'est ce qu'a dû juger Mayombé, qui sautait sur lui de son rocher, glissait en bas et se précipitait pour recommencer. Toute cette dynamique était ressourçante.

Juste à côté de moi un monsieur prenait des photos, il avait un super appareil et il était visible qu'il prenait beaucoup de plaisir à photographier. Son petit loulou venait régulièrement le chercher pour aller aux lamantins, mais il voulait rester aux gorilles. Je souriais en pensant à l'agacement que je ressens parfois quand je suis avec les rouquins, que les loulous viennent me chercher, et que je finis par me lever, à regret.

091004 009
J'ai raté le soleil levant dimanche, mais j'ai quand même eu ce ciel,

la photo n'est pas terrible mais j'ai apprécié tout ce qui allait avec, le calme,

le vent, les corbeaux, les coqs, un pic-vert, et d'autres oiseaux dont j'ignore tout

J'ai repris ma visite, et un peu plus tard j'ai revu ce monsieur assis sur un banc en train de manger un sandwich. Je ne sais pourquoi j'ai senti que je pouvias lui approter quelque chose d'intéressant, alors je lui ai demandé s'il aimait les grands singes, s'il avait eu le temps de photographier les orangs, i m'a dit que non et qu'il regrettait de ne pas pouvoir faire des gros plans, vu qu'ils étaient qusiment tous sur l'île. Alors je lui ai proposé de les voir de près, parce qu'à l'intérieur quand ils me verraient ils s'approcheraient.

Je ne peux vous décrire son regard, mélange de surprise et de plaisir, la seule comparaison qui me vient c'est celle d'un enfant à qui on propose une méga-super-bonne-glace-avec-tout-ce-qu'il-aime. ça m'a fait rire de le voir accélérer de manger son sandwich, je lui ai dit qu'on avait quand même le temps (je m'en serais voulue qu'il s'étouffe).

Les rouquins sont venus tout près, au point que c'était même difficile de les photographier à cause du reflet, en modifiant un peu l'angle il a réussi à prendre des super photos. J'étais heureuse de pouvoir partager ça avec lui, et j'avais l'impressoin d'être en spirale positive en ressentant le plaisir qu'il avait à les photographier.

On a bavardé ensuite, boulot un peu, et puis j'ai réalisé à quel point mes ambitions professionnelles avaient changé, aujourd'hui aller bosser ne m'épanouit plus mais ne me mine plus non plus (enfin, pour le moment, c'est déja ça de gagné) en fait tout ce qui m'importe c'est d'assurer mon minimum vitale et de subvenir aux besoins des loulous. J'aimerais bien trouver un moyen de gagner ce minimum en pouvant me consacrer aux autres, je vias me mettre en veille à ce niveau pour étudier ce qu'il est possible de faire. En tout cas je suis heureuse de constater que le boulot n'est pas l'essentiel de ma vie, loin de là.

091004 011
Des chardons, qui me rappellent toujours

mes vacances d'enfant au bord de la mer


24/09/2009

une super journée

eh oui encore une, remarquez en allant à Beauval, c'est un peu gagné d'avance. Ce soir j'ai surtout envie vous montrer des photos, à l'exception de deux d'entre elles le reste a été pris par Loulou premier, grâce à ses vues je peux vous présenter ce que je ne peux pas photographier moi-même, et pour cause...

Dans cette première partie vous pouvez voir un calao rhinocéros de Java dont je vous ai déja parlé, je ne sais pas s'il a un nom, à cause de ses yeux rouges je l'ai surnommé "Red-Eye" (bah oui je sais, je ne me suis pas trop foulée).

BVL_090924_red_eye_0

Red-Eye

Il a un foutu caractère (euh... z'êtes pas obligés de pouffer dans votre barbe hein...), il m'a fallu pas mal de temps avant qu'il arrête de me charger de face quand j'approchais. Maintenant quand il me voit arriver, il descend de sa branche, aujourd'hui il a même pris le temps de lisser ses plumes avant, puis il a rappliqué.

BVL_090924_red_eye_1

Il longe son enclos et vient coincer son bec entre un tronc d'arbre et le grillage, c'est là que je l'y attends pour lui souffler dessus. Il se couche sur ses pattes et reste là sans bouger, sauf pour pencher un peu le cou en arrière et entrouvrir le bec pour que je souffle dedans. Parfois il fouine dans le sol pour me chercher un cadeau, la semaine dernière il a trouvé un ver de farine, ça ne me branchait pas trop (suis au régime vous comprenez...), il a fini par l'avaler.

BVL_090924_red_eye_2

Dans la deuxième série, vous allez voir évidemment les rouquins (mais que c'est surprenant!). Et pour commencer, cette photo que j'adore de Christina, qui me regarde droit dans les yeux, c'est la raison pour laquelle c'est un cliché que je ne peux pas réaliser moi-même, car dès qu'elle voit l'objectif, elle tourne la tête, Lolou l'a prise de côté. Vous remarquerez l'intensité de son regard, quand je me plonge dans ses yeux, je me sens envahie de calme, et pourtant quand elle s'y met elle sait bien enquiquiner son monde (bon ça suffit maintenant).

BVL_090924_oo_christina

Elle est très curieuse, j'adore fouiller dans mon sac devant elle en n'ouvrant pas trop la pochette, elle se colle à la vitre et visse son regard dedans comme elle peut. Tout en lorgnant elle machouillait je ne sais quoi, en fouillant je suis tombée sur mon gouter, un genre de kinder Pinguy version Intermarché, j'ai eu envie de partager ce moment de repas avec elle. Elle a tout desuite montré un vif intérêt pour cet emballage, Muda s'est rapproché aussi, et quand j'ai mangé ça les a encore plus captivé, alors j'ai fait quelque chose qu'on demande aux enfants de ne pas faire dès leur plus jeune age, j'ai ouvert ma bouche pour qu'ils regardent  ce que c'était devenu une fois que je l'avais croqué, j'ai vu deux têtes se rapprocher de la vitre, genre "fais voir?" "attends, pousse toi j'vois rien!" " mais pousse-toi toi-même!".

BVL_090924_oo_christina_et_S

J'ai aussi essayé de faire glisser une petite partie sur l'intérieur de ma lèvre inférieure pour leur montrer, mais je n'excelle pas dans l'épreuve, c'est plus facile pour eux, leurs lèvres sont plus larges. Au moins je n'en ai pas mis sur moi comme ça m'arrivait au début (ah oui, je progresse quand même, si si). Puis j'ai collé mon front à la vitre, devant Muda, nous sommes restés un moment sans bouger.

BVL_090924_oo_muda_et_s

Quand j'y suis allée la semaine dernière, j'avais emporté un album de photos destiné à une des animatrices que j'apprécie, mais j'avais zappé qu'elle était en vacances. L'ayant donc dans mon sac, et sur les conseils de Mme Schach qui m'avait encouragée à cette expérience lors d'une de nos conversations, j'ai ouvert l'album, à la page des orangs tant qu'à faire. Sur les premières, des gros plan, qui ont laissé Muda totalement indifférent, comme les suivantes d'ailleurs. Après un léger survol des photos, il regardait en l'air. Je m'apprêtais à ranger mes billes quand Manis a débarqué tout contre la vitre pour regarder, Dayak accroché à son bras, occupé à machonner un bout d'herbe .

dayak_bvl_090917

J'avais donc rouvert, et tourné les pages. Devant le peu de réactions, je l'avais remis dans mon sac. Elle avait tapé à la vitre avec le dos de sa main pour que je le ressorte. Aujourd'hui quand elle a vu que j'étais là elle a rappliqué, je ne sais comment expliquer mais je savais qu'elle attendait quelque chose. Je n'avais pas l'album avec moi, j'ai fouillé dans mon sac et j'ai trouvé une photo d'un carnaval dans mon village il y 6 ans, peu importe en fait mais elle était vive en couleurs. Quand je l'ai rangée elle a à nouveau tapé à la vitre. J'étais dans l'angle entre les deux structures, je tournais le dos à Christina, qui s'est mise aussi à tapoter sur la vitre (eh j'ai pas vu moi!). J'ai sorti mon portable, il y a quelques photos de paysage dedans, les clichés d'origine, Sully est arrivée aussi avec Bayu, si bien que j'ai fini par être bien entourée, je me suis mise dos à eux et tout ce petit monde regardait par-dessus mes épaules, je penchais un coup sur la droite, un coup sur la gauche pour qu'ils puissent tous voir.

BVL_090924_oo_family
De gauche à droite: Manis qui porte Dayak, Christina derrière moi,

Bayu suspendu au-dessus d'elle, Muda, et Sully

Christina est ensuite partie, Manis est restée, avec Dayak sur le dos ils ont continué à regarder un peu les photos de mon portable. Ces moments étaient vraiment du pur bonheur.

BVL_090924_oo_Manis-et_S

27/07/2009

Un bol d'air pur

canard_BVL_090726_Ljpg

un canard, dont je ne connais abolument pas la variété

kamichi_BVL_090726

Kamichi à collier, l'oiseau préféré de miss Malice

De retour comme promis pour vous rendre compte en images de la journée d'hier, passée au parc en compagnie de Loulou premier. Nous avions réfléchi au contenu de nos sacs dès la veille, afin de prévoir les bouteilles et charger suffisamment de piles pour nous deux.

piranha_BVL_090726

un piranha

arapaima_BVL_090726
un jeune arapaïma

Réveil cool accompagné par le bavardage des hirondelles et des pigeons, un gros truc tout fou plein de poils qui m'a sauté dessus en entendant l'Angelus (ouf c'est à 8 h le dimanche) parce qu'il voulait manger. Quand Loulou s'est réveillé il a tenu à me préparer mon petit dej, j'ai trouvé ça super sympa, on a pris nos céréales tranquillement.

bb_raton_laveur_BVL_090726
bébé raton-laveur

Finalement ce qui nous restait de la veille en repas n'allait pas suffir, arrivés à St Aignan on a fait une halte au super U pour s'acheter de quoi déjeuner, quand on est arrivé sur le parking du parc il était archi plein, avec un temps pareil il fallait s'y attendre. Toutes les tables étaient prises, alors on a étrenné la voiture en mode pic-nic, on a beaucoup apprécié.

langur_de_java_BVL_090726
Langur de Java

Puis APN au cou, nos pass à la main, nous avons pris la direction de l'entrée. J'ai laissé Loulou décider de ce qu'il voulait voir, dans quel ordre, à condition que je puisse passer du temps avec les rouquins et voir le bébé koala. Il tenait à voir le spectacle, on s'est organisé en fonction de l'horaire de l'après-m, dès 14h15 nous étions en place, heureusement, à 15 h c'était noir de monde, il y avait des gens partout, même en bas dans les allées.

lamantin_daphnee_BVL_090726
Lamantin, nommée tendrement "maman-Daphnée" par ses soigneurs

Les photos marquées "LThio" ont été faites par Loulou, il se débrouille de mieux en mieux. Pendant que nous attendions le spectacle, nous discutions il m'a dit qu'il souhaitait créer un blog pour mettre en ligne ses photos, de Beauval et du récent voyage qu'il a fait aux Etats-Unis. Dès qu'on commence je vous mettrai le lien.

pyg_steller_juv_BVL_090726_L1 079

Pygargue de Steller au plumage juvénile

pygTb_Altesse_BVL_090726

Pygargue à tête blanche adulte, Altesse en pleine action

Pour certaines espèces je n'ai pas les noms précis, Didier si tu passes par là n'hésites pas à compléter.

loutre_BVL_090726

Loutre naine d'Asie (Barba, je te l'ai filmée aussi)

J'ai été surprise de voir le nombre de naissances depuis mon dernier passage début mai, c'est une véritable explosion, chez les ratons-laveurs, les pandas-roux, les fourmilliers, les tapirs, les tigres blancs, sans compter les oiseaux de la nursery. C'était très ressourçant moralement de ramener tout à des évidences, à des choses très simples, à la vie, à l'échange.

patas_BVL_090726
Des patas, appelés aussi "machines à bêtises"

En écoutant l'animatrice lors du nourrissage des gorilles, j'ai appris que Sheila n'avait pas su trop s'y prendre au départ avec Maisha, elle ne lui tournait pas la tête vers la tétine. Inge, une maman plus expérimentée, à pris le relais en allaitant la petite pendant les trois premiers jours, puis le déclic s'est fait pour Sheila, qui ensuite a su s'y prendre correctement.

GDP_asato_sheila_BVL_090726
Gorille des plaines, Asato au premier plan, Sheila (je crois) au fond

Nous avons pu admirer le bébé koala, accroché dans le dos de sa maman. Il est né en novembre, mais n'est sorti de la poche que ce mois-ci. Elle s'appelle Alkoomie, qui signifie "très jolie" en aborigène.

koala_mam_et_bb_BVL_090726

Alkoomie et sa maman

dendro_goodfell_BVL_090726

Un dendrolague de Goodfellow, qui trouve sa gamelle très confortable

pour une petite sieste

Comme il me restait encore un peu d'argent après nos glace et mon café, nous avons acheté un sac de pop-corn pour la mini-ferme. Il était 17 h passé, vu le peu d'appétit de certains chèvres, nous en avons déduit qu'elles avaient du en avoir pas mal avant. Mais ça permettait aux moins hardies d'en avoir, les autres boudant carrément.

S_mini_ferme_BVL_090726

L_mini_ferme_BVL_090726
Grands échanges à la mini-ferme

Là aussi des naissances en perspectives, des gros ventres doux à caresser. Les gens arrivent par vague, il y a eu un moment calme, nous nous sommes assis dans l'allée à côté d'une chèvre qui se reposait tranquillement, Loulou la caressait, une autre est venue à ma gauche, elle était si calme que j'ai même pu poser ma tête sur son cou, j'entendais l'air passer en elle quand elle respirait. J'ai posé mes mains sur son gros ventre, ça a bougé un peu.

mini_ferme_bb_tete_BVL_090726

Nous sommes restés longtemps avec les chèvres, ce calme était très agréable. Et puis des gens sont arrivés, avec du pain, j'ai essayé de leur dire qu'il ne fallait pas les nourrir avec ça, la jeune fille a dit à sa mère "tu vois maman je te l'avais dit", et sa mère lui a répondu agresivement "mais si, tu leur donnes, c'est bon". Heureusement que la plupart étaient déja bien calée, la plupart ont refusé d'en manger.

anon_BVL_090726
Anon, espèce à préciser

Quand nous sommes allés vers la serre des grands singes, Muda était dehors, je suis restée en extérieur jusqu'à ce qu'il me voit, dès que ça a été le cas il s'est dirigé vers l'intérieur, je lui ai emboité le pas pour me mettre à "notre" endroit. Il y est arrivé direct, j'avais le coeur qui battait fort en le voyant arriver, je me demandais ce qu'il pouvait bien ressentir en cet instant.

oo_christina_BVL_090726
Christina, toujours aussi cool

Nous étions à quelques cm l'un de l'autre séparés par la vitre quand j'ai senti une main me tapoter l'épaule, une dame me demandait de me pousser pour prendre une photo. Là où je me mets, la serre fait un angle, je me suis mise sur le côté Muda a tourné la tête pour mettre à nouveau son regard dans le mien. Je me marrais intérieurement en entendant les gens dire "oh bah non il a tourné la tête".

OO_Suly_BVL_090726

Suly

Christina était un peu plus loin, assise par-terre tranquillement, le dos appuyée à arbre, fidèle à elle-même en toute "zénitude". Elle n'a pas voulu venir à la vitre, mais quand je suis repassée plus tard, tout le groupe mangeait, avec Loulou on a décidé de manger le reste de chocolat aux noisettes, ça a beaucoup intéressé Christina qui est venue à la vitre. Je me suis approchée, je lui ai montré ce que je mangeais, ensuite j'ai fouillé dans mon sac, ça m'amuse toujours de la voir lorgner dans le sac pour voir ce que je vais en sortir.

oo_manis_dayak_BVL_090726

Manis et son petit dernier, Dayak, né le 9 mars

J'ai aussi vu Mandy, qui grandi à vue d'oeil, c'est fou. Manis était sur l'île, Dayak son dernier né sur le dos. Là non plus pas de changements, c'était encore elle la dernière à rentrer pour la nuit.

maki_vari_nb_BVL_090726
Maki vari noir et blanc

Près du bassin de spectacle, il y avait un concert, musique et chorale d'enfants et ado, c'était bien sympa, j'ai trouvé leur présence à la fois originale et très agréable, nous sommes restés pour les écouter. Je ne les ai pas en photos, juste en film, donc je ne peux pas vous les montrer. C'était surtout la prise de son qui me préoccupait, car ce que le batteur faisait m'intéressait, c'est une application de ce que je suis en train d'apprendre en ternaire. Puis devant la qualité de cette ensemble, j'ai continué à les filmer.

cerco_BVL_090726
Cercopithèque de ... j'ai oublié

Ensuite nous sommes retournés sur nos pas, nous avons enfin pu observer les bébés tigres, 5 nouveaux nés de début juin. Coup de bol, Chili est descendue les toiletter, 3 d'entre eux sont venus la téter.

bb_wtigres_tetee_BVL_090726
Trois trigrons blancs affamés (pauvre Chili, elle en avait marre, elle a fini

par grimper là où ils ne pouvaient pas l'atteindre)

Arrêt également auprès des manchots de Humboldt, j'ai montré à Loulou comment distinguer les jeunes des adultes. Aller, je vous montre aussi. Dans l'amalgame ci-dessous, c'est facile le plus en haut à gauche a encore son duvet, donc là, aucun doute. En haut à droite, un individu au plumage juvénile. Comparé à celui d'en dessous, vous pouvez voir qu'il n'a pas encore sa couronne noire qui court sur son ventre, et le trait blanc n'a pas encore atteint ses yeux.

manchot_diff_ages_BVL_090726_S1 152
Manchots de Humboldt, jeunes et adultes

Alors pour voir si vous avez compris, je vous laisse trouver si le collègue de dessous, qui a bien voulu poser pour moi, est un adulte ou un jeune.

manchot_BVL_090726_S1 152
Alors?

Loulou a voulu passer à la nursery avant de partir, c'était une bonne idée un soigneur était en train de nourrir des jeunes guira, là non  plus pas de photos, que des films. Je voulaiis poser une question au soigneur, mais pas évident avec la vitre, alors j'ai attrappé le carnet dans le sac de Loulou et j'ai écrit "avec quoi les nourrissez-vous?", il a cherché à son tour un papier de son côté pour me répondre "souriceau et poissons".

bb_fourmillier_BVL_090726
Bébé fourmillier

J'ai pu aussi voir le bébé fourmillier, il est adorable, c'est marrant il vient chercher le contact visuel près de la vitre. Tout ce petit monde me donne envie de revenir pour suivre leur évolution. Je n'ai pas pu voir les bébés calao rhinocéros nés dans la deuxième quinzaine de mai. Je m'en doutais qu'il y avait de la ponte dans l'air, à une période la femelle ne délogeait plus de son nid et le mâle s'était montré particulièrement agressif, pas moyen de jouer à la soufflette comme il me laissait parfois faire.

agouti_BVL_090726
Une Agouti

Nos pass expirent le 21, je ne me pose même pas la question tellement la suite est évidente.

magot_bb_mam_BVL_090726_L
Femelle magot et son petit

21:57 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bebe, loulou, beauval, muda, orang-outan |  Facebook |

02/02/2009

Beauval enfin

BVL_090201_AI

Je n'y étais pas retournée depuis le 11 novembre, ça ne fait "que" deux mois et demi mais ça me semble une éternité. Je regrette de ne pas avoir pu y aller pendant la neige, mais en toute logique je flippais déja pour aller bosser dans ces conditions, ce n'était pas pour aller courir des risques supplémentaires. Un article paru dans la NR le 16 janvier (merci Didier pour l'info) parlait des gorilles découvrant la neige, j'aurai bien voulu voir ça.

BVL_090201_AI2jpg

En arrivant sur le parking, je me sentais heureuse comme une gosse impatiente d'aller enfin là où on lui a promis depuis longtemps. Je suis restée un peu dans la serre aux oiseaux, j'ai trouvé une autre plume de Goura, c'est la seconde, les enfants vont être contents. J'ai aussi pu ramasser deux petites plumes d'Ibis rouge. Beaucoup de plantes sont taillées à cette période, ce qui permet de voir plus facilement certains oiseaux. Le calao terrestre était particulièrement agressif, sa femelle restait au nid, peut-être couvait-elle, en tout cas lui n'arrêtait pas de me charger de face, même en soufflant sur son cou il n'y avait pas moyen d'entrer dans un échange avec lui comme parfois il m'accorde.

BVL_090201_ibis_rouge
Ibis rouge

Sur l'ensemble de ma visite je n'ai pas pris beaucoup de photos cette fois, j'ai fait essentiellement des films, en ce moment je ne sais pas si c'est lié à mon état dépressif et l'envie d'en sortir vite, mais je suis avide de mouvements.

BVL_090201_roulroul
Roulroul

J'ai fait un rapide passage dans la nurserie, puis j'ai filé aux lions blancs; je n'ai pas trouvé Anouchka. Les deux adultes étaient dans leur enclos en extérieur, Hélona en intérieur. Elle est à sa taille adulte maintenant, elle a eu deux ans en décembre, elle est magnifique.

BVL_090201_kamichi_a_collier

Kamichi à collier

Près du bassin des otaries, j'ai vu les nouveaux arrivants, des fourmilliers. Je n'ai pas pu les prendre en photo à cause du reflet. La morphologie de cet animal est fascinante, une tête fuselée terminée par un long nez, une langue qui semble plutôt cylindrique et qui peut atteidre jusqu'à 60 cm pour aller dans les fourmilières ou les termitières.

BVL_090201_OO_Mandy
Jeune femelle orang-outan, Mandy

Je suis ensuite allée voir les orang-outans, Muda était à vitre, direct il m'a suivie à l'endroit habituel. Il était vraiment tout collé contre la vitre, j'avais l'impression de le voir encore plus près que les autres fois.  Il a très vite ouvert la bouche en grand, un soigneur m'avait expliquée que c'était une expression d'accueil et de tolérance. On s'est observé un moment, je lui ai parlé en penchant la tête d'un côté, il la penchait de l'autre. Je me suis appuyée sur une épaule afin de rester près de lui tout en observant les autres, il a fait exactement la même chose de son côté, c'était amusant.

BVL_090201_bonobo

bonobo (non, des chimpanzés-edit du4/02)

Un couple de visiteurs s'est approché, on a discuté un peu, ils ont connu Muda au moment où il est arrivé au parc, ils ont été surpris en le voyant, ils m'ont dit qu'à l'époque il n'avait pas un goitre (le sac laryngé) si prononcé. A l'époque ils venaient régulièrement et étaient surpris de voir Muda s'approcher à chaque fois et tout comme moi au début n'osaient pas penser qu'il les reconnaissait.. Le monsieur s'est approché de la vitre, Muda est venu se plonger dans ses yeux. Il revenait ensuite vers moi, puis repartait vers le monsieur. Quand il en a eu marre, il est repartit tranquillement vers un autre coin.

BVL_090201_patas
patas

Christina est descendue à la vitre, s'est assise par terre et m'a regardée; quand elle est repartie ça a été au tour de Manis, qui n'est pas restée très longtemps. Mandy voulait venir, elle tournait autour de l'endroit en gardant oeil sur Muda, elle a failli venir une première fois mais il a bougé elle s'est ravisée. Elle a fini par descendre, elle a collé sa bouche à la vitre, puis s'est mise à chercher un morceau de paille, qu'elle a lissé avant de me le passer par la petite fente qu'il y a dans le joint. On se l'est échangé deux fois, la troisième fois on tirait toutes les deux , le morceau a cassé.  Elle est partie jouer avec Bayu, et j'ai vu Suly débarquer. Elle me fait craquer, c'est la plus jeune des trois, elle est très caline, juste avant de venir me voir elle était avec Muda, elle se collait contre lui, dans des gestes très lents et très doux. J'étais accroupie elle s'est couchée sur le banc et s'est collée à la vitre, j'avais mes yeux dans les siens. Je sais que c'est insencé, mais j'aurais voulu pouvoir la serrer dans mes bras. 

BVL_090201_patas_et_bebe
patas et son bébé

Je suis restée un long moment avec eux, puis je suis partie voir les bonobos (non, des chimpanzés, je te l'ai déja (e)dit plus haut!), un petit est né récemment. Je n'ai pas pu le prendre en photo, la maman était d'abord trop loin, puis quand elle s'est approchée et qu'elle m'a vue prête à la photographier elle est passée dans l'autre partie de l'enclos, je n'ai pas insisté. Je suis allée voir les gorilles. Les patas qui partagent le même enclos qu'eux étaient occupés pour la plupart à chercher des graines au sol, les plus jeunes s'asticotaient de temps en temps. Un adulte tenait contre lui un bébé, sa position me touchait. Tandis qu'il regardait partout autour de lui et suveillait les mouvements des autres, son corps était arrondi, ramassé autour du petit, comme pour lui assurer la protection la plus grande possible. Ses bras étaient ramenés devant le jeune, comme une barrière. Deux autres patas ont tenté de lui arracher le petit, il a réussi à le garder et s'est mis plus loin, en hauteur.

BVL_090201_lamantin

lamantin

En observant les lamantins en même temps que d'autres visiteurs,  j'ai commencé à discuter avec l'un d'eux, d'abord de ce que nous voyions, puis  il est parti sur l'environnement, la menace pour les espèces, leur possibilité à s'adapter ou non aux changements; il m'a parlée de la notion de "volant d'adaptabilité" partiellement ou totalement occupé selon les espèces, ce qui leur donnait ou non une marge de manoeuvre pour s'acclimater aux changements. Ce fut une conversation très intéressante, nous nous sommes remerciés mutuellement pour ce riche échange puis nous avons repris chacun notre visite, nous allions en sens contraire l'un de l'autre.

BVL_090201_AI3

Je suis montée à la serre australienne, il y a eu une naissance récemment chez les kangouroux arboricoles, j'espérais pouvoir observer le petit pointant son nez de la poche maternelle, mais tout ce petit monde était occupé à manger, donc ça n'était évident à voir; ça sera pour une autre fois. Je suis restée un moment à observer les poissons clown dans le bassin qui a été construit l'année dernière dans l'allée, puis je suis redescendue, je commençais à me sentir très fatiguée.

BVL_090201_poisson_clown
poisson clown

En passant devant les manchots, je les ai trouvés très agités, la plupart était dans l'eau et arpentaient le bassin en masse. Je me suis doutée que le repas n'allait pas tarder , deux minutes après le soigneur arrivait, j'ai pris quelques films puis j'ai discuté un peu avec lui.

L'année dernière quasiment jour pour jour j'avais photographié les otaries, l'une d'entre elles vidait son air chaque fois qu'elle passait près de la vitre, je l'avais prise en photo. Ces jours-ci je me disais "quel dommage que je n'aie pas pensé alors aussi à la filmer". Quand j'ai vu hier qu'elles étaient dans le bassins, j'y suis allée, et cette fois jai pu en faire un film.

BVL_otarie_ bulle_080204

ça m'a épuisée physiquement, il semblerait que je manque de résistance en ce moment à ce niveau, en tout cas ça m'a rechargée moralement, j'ai passé vraiment une très bonne journée.

__________________________

donc : edit du 4 février: des chimpanzés, je ne sais pas où je suis allée chopper que c'étaient des bonobos, en plus je ne connaissais pas ce nom avant d'aller à Beauval avec mon premier pass... faut pas trop chercher à comprendre ce qui se passe des fois dans la tête d'une blonde même foncée, on y perdrait son latin (kesako?). Merci d'avoir corrigé ;-)

12:45 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bebe, oiseaux, beauval, muda, orang-outan |  Facebook |

23/10/2008

Pause express dans mon paradis

ça faisait trop longtemps que je n'y étais pas allée, ça me manquait vraiment. J'aurais voulu y aller dimanche dernier, mais samedi soir j'ai fait une légère chute de tension, j'ai préféré me reposer, et puis j'ai été un moment motivée pour rattraper un peu de retard dans mon boulot à la maison. Mais la fatigue m'a embarquée dans un coup de blues, du coup ma journée n'a pas été très productive.

BVL_081021_S1 AI


Hier j'étais de repos, avant de me lever je me suis dit "je n'y vais pas, je vais bosser ici", et quand j'ai vu le temps maussade dehors, j'ai pensé que si je restais encore enfermée j'étais bonne pour une deuxième couche de blues, je n'ai pas voulu tenter. J'ai mis une lessive en route histoire de me donner bonne conscience, bu un petit café chez ma voisine, j'ai déjeuné d'un sandwich vers 11 h et je suis partie.

BVL_081021_S1 grand_Hocco

Grand Hocco

Dès que j'ai franchi les portes je me suis sentie bien, comme allégée de toutes les pressions que j'ai en ce moment. Cette fois, j'ai délaissé la serre des oiseaux, parce que mon temps était compté, je devais quitter le parc au maximum à 15 h 45 pour être à la sortie de l'école. En passant à côté d'une volière qui accueille des perroquets dont j'ignore le nom, j'ai eu la surprise d'y découvrir des colocataires, des Grands Hocco. Et puis en levant la tête, deux paonnes perchées dans l'arbre attenant à cette volière.

BVL_081021_S1 paonnes_perchees
Paonnes

Je n'avais qu'une idée en tête, aller voir les rouquins. Je suis passée par l'allée des fauves, une large feuille tombée sur la tête d'une statue de félin lui faisait un couvre-chef original, cela m'a amusée. Aux quelques voitures sur le parking, je savais que les allées seraient désertes, j'adore quand c'est comme ça. Arrivée dans la serre, je me suis approchée de la vitre, Chistina était là. J'aime ses yeux, son regard, chaque fois que je la vois il me vient un surnom pour elle, "ma douce". Quand Muda est près de la vitre, sur le banc, elle est au sol et tape à la vitre du dos de la main. Alors je m'accroupis et retape à la vitre avec le même geste pour lui répondre. Parfois, ses doigts bougent en direction de ma main, comme si elle voulait les attrapper.

BVL_081021_S1 Panth_de_perse
Panthère de Perse

Dès qu'il m'a vue, Muda est venu, d'un pas lent et décidé. J'ai souris en voyant mon reflet dans ses yeux. Nous sommes restés un moment l'un près de l'autre, puis il m'a passée à l'inspection, comme il le fait désormais, c'est à dire regarder le dessus de mon crâne et les côté de ma tête, je me tourne légèrement pour le laisser faire. Il y avait un repas peu de temps avant, des feuilles traînaient encore par ci par là, il est retourné manger an compagnie des autres. J'ai pu le filmer, ce n'est pas souvent en fait car la plupart du temps il reste près de moi, et n'aime pas quand je mets l'appareil photo juste devant lui, il tourne la tête.

BVL_081021_S1 couvre_fauve

Christina est revenue près de la vitre, ainsi que Bayu. J'avais envie de susciter sa curiosité, j'ai approché mon sac, je l'ai posé devant elle et j'ai commencé à fouiller dedans. Elle s'est redressée un peu, s'est collé davantage à la vitre, d'un coup d'oeil discret j'ai vu que son regard plongeait dans mon sac. J'ai pris ma bouteille d'eau, je l'ai dévissée et j'ai bu, elle suivait tous mes mouvements. Bayu était reparti jouer au plafond, aux grilles duquel il était suspendu par les pieds alors qu'il secouait u petit paquet de paille qui tombait en pluie sous lui. En le filmant j'ai fini ma deuxième carte mémoire, je me suis installée à nouveau près de Christina pour la changer et mettre en place la dernière. Je lui montrais ce que je faisais, je lui parlais, m'arrêtais, reprenait, elle me regardait dans les yeux puis regardait mes mains, et ainsi de suite.

BVL_081021_S1 tigre_blanc
Tigre blanc

Je suis partie voir les gorilles, car je voulais faire quelques films d'eux avant de ne plus avoir de place. J'ai été très heureuse de voir les trois mamans et leurs trois bébés tous visibles. Ce 21 octobre, il y a eu an jour pour jour que Mayombé pointait son nez. C'est fou comme le temps passe vite. Dans cet article tout en bas vous pouvez la voir le jour de sa naissance têtant sa mère Inge. Je suis restée un long moment à observer le groupe, j'aimerais arriver à tomber sur un moment d'échange entre Asato, le papa, et les petits, lorsque l'animatrice évoque ces temps-là, elle parle de la délicatesse avec laquelle le mâle de 220 kg s'occupe des bébés. Durant ma dernière visite, j'ai déja eu l'occasion de voir Tamarilla, la seule femelle n'ayant pas de bébé en se moment, avoir des gestes très tendres envers Maïsha, la petite dernière, née en février. Même si je n'ai pas pu voir ce que j'espérais, j'ai eu quand même le plaisir de voir Mayombé revenir vers Inge après quelques escapades ludique, sa maman s'est couchée sur le côté et la petite s'est installée pour la têtée. C'est un moment de douceur qui m'a beaucoup touchée.

BVL_081021_S1 gibbon_laar

Gibbon Laar

Ma dernière carte était pleine, 512 k c'est très vite rempli quand on filme, et puis l'heure tournait, il m'a fallue envisager de repartir. Je ne pouvais pas m'en aller sans retourner voir les orang-outans. Cette fois-ci, Sully s'est approchée, et toujours ma douce. Lorsqu'elle s'est éloignée, Mandy est enfin venue me voir. Je trouve qu'elle a beaucoup changé en peu de temps. Dès qu'elle s'est assise elle a posé sa main à l'endroit où elle m'avait passée une écorce une fois. J'ai mis ma main au même endroit, elle s'est mise à chercher dans son espace proche ce qu'elle pouvait prendre. Elle a ramassée une feuille assez large, on aurait dit du poireaux, mais en plus large. Elle a essayé de le passer par la fente, trop gros, l'a retaillé et l'a représenté, encore trop gros, elle en a corrigé la taille jusqu'à ce que ça passe.

BVL_081021_S1_OO_Christina

Orang-outan femelle, Christina

Dès qu'il a dépassé de mon côté, je l'ai pris, cette fois ci elle l'a lâché tout de suite. Je l'ai oté complètement, puis je l'ai remis, elle l'a repris et repoussé de suite pour que je le reprenne. Quand je l'ai remis, elle l'a tiré complètement de son côté et l'a senti un long moment. puis elle me l'a redonné. J'ai voulu lui redonner, mais elle le repoussait dès qu'il dépassait de son côté. Elle a croisé ses bras et s'est appuyée dessus pour se planter bien droit dans mes yeux, il me semblait lire dans ses gestes et dans son regard "non vas-y c'est bon je te le donne". Je me suis assise par terre, ma tête posée sur la vitre à la hauteur de la sienne.

BVL_081021_Gorille_Inge

Gorille des plaines femelle, Inge

D'un coup elle s'est retournée, Muda arrivait doucement elle a décampé. Je me suis remise face à lui. J'avais toujours le morceau de feuille dans la main, j'ai essayé de le repasser dans le trou pour voir s'il m'autoriserait aussi cet échange, mais il ne le voyait pas, car le trou se trouve en fait à la base de l'endroit où il s'assied. Je me suis accroupie, il s'est allongé sur le banc pour garder sa tête à ma hauteur, du coup quand j'ai remis la feuille dans le trou il l'a vue bouger. Mais il ne l'a pas prise. quand il s'est à nouveau éloigné, je me suis relevée et approchée de l'autre vitre pour les regarder tous une dernière fois avant de partir. Je n'arrivais pas à décoller de là. Christina est revenue près de moi, je me suis décalée pour l'amener vers une jonction des structures, un autre "point d'échange" avec eux. Je l'ai vue enfoncer une brindille qui bientôt a dépassé de mon côté, mais quand je l'ai tenue, elle l'a tirée à nouveau elle, puis l'a débité en petits morceaux avec sa bouche. Elle s'est approchée de la structure pour souffler, j'ai senti l'air sur ma main.

BVL_081021_Gorille_Asato

Gorille des plaines mâle, Asato

C'était dur d'être raisonnable, je me suis levée à regret. Il était 15h40, le spectacle de rapaces était commencé depuis peu, je me suis dit "allez après tout je ne suis plus à 5 minutes près". J'espérais voir le pygargue préféré de Loulou premier, Altesse, et lui en donner ainsi quelques nouvelles car ça fait longtemps que nous ne l'avons pas vue voler. Mais c'était Montana qui était là. Je verrai dimanche prochain si j'ai plus de chance. J'ai fini par quitter le parc, juste avant de reprendre la route j'ai téléphoné à ma voisine d'intercepter mes loulous au cas où j'aurais du retard, je suis arrivée à moins 25. Vivement dimanche.

BVL_081021_Gorille_Inge_et_Mayombe

Mayombé têtant sa maman, Inge

22:43 Écrit par Dream' dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bebe, gorille, muda, orang-outan, inge |  Facebook |